Besson sort la "kalachnikov"

  • A
  • A
Besson sort la "kalachnikov"
@ Reuters
Partagez sur :

"Sarkozy a raison: les médias il faut les passer à la kalachnikov". Dixit Eric Besson, en off.

Eric Besson aurait peut-être mieux fait de tourner sept fois sa langue dans sa bouche. Invité mardi matin sur RMC pour participer à l’émission Bourdin&co, le ministre de l’Immigration a lâché, quelques minutes avant le direct, une petite phrase qui pourrait résonner longtemps dans le landernau médiatique. "Sarkozy a raison: les médias il faut les passer à la kalachnikov", a lâché, devant des journalistes, l’animateur du débat sur l’identité nationale.

Seulement voilà, depuis plusieurs semaines, les journalistes de RMC ont pris l’habitude de twitter les petites phrases des hommes politiques lâchées dans les couloirs de la station. C’est Christophe Jakubyszyn, rédacteur en chef de RMC, qui s’y est cette fois collé. "J'ai jamais respecté le off. A RMC, on a l'habitude de tout dire", s’est justifié le journaliste sur Le Post.

Une saillie révélatrice ?

"Je vais l'accueillir avec d'autres journalistes, dont un de l'Express notamment", raconte l’assistante de Jean-Jacques Bourdin, toujours sur Le Post. "On regardait BFM. C'était la revue de presse. En voyant la Une des journaux (qui traitaient du débat sur l’identité nationale), il rit jaune et sort cette phrase. Ça a jeté un froid. Un journaliste lui a demandé pourquoi il faisait référence à Sarkozy, c'est là qu'il a rajouté : "je plaisante", avec un sourire."

La suite, c’est encore Chriostophe Jakubyszyn qui la raconte sur son compte twitter. "Coup de fil de Besson : "Humour! Dites, si vous voulez, que j’étais dans une séquence délire et provocation!" Nervous breakdown?", s’interroge le journaliste.

Humour peut-être, mais la saillie pourrait tout de même révélatrice d’un certain état d’esprit actuel du gouvernement et de l’Elysée vis-à-vis des médias. Depuis quelques mois, les sorties de la majorité contre le milieu journalistique sont légion. En octobre, Nicolas Sarkozy lui-même s’était pris publiquement aux "commentateurs". "Les commentateurs, ils commentent, c’est nécessaire. Leur façon d’agir c’est de commenter. Mais, ma façon d’agir, c’est d’agir, c’est indispensable", avait notamment lâché le chef de l’Etat

Vidéo postée par un bloggeur du Post :