Besancenot sort de son silence

  • A
  • A
Besancenot sort de son silence
Le leader du NPA refuse de parler d'une candidature en 2012.@ Reuters
Partagez sur :

Le leader du NPA revient sur le devant de la scène médiatique mais refuse encore d’évoquer 2012.

Pour l’heure, Olivier Besancenot ne veut pas entendre parler de la présidentielle. Mardi, lors d’un déplacement devant les ouvriers marseillais, le chef de file du NPA s’est posé d’abord en candidat à la Révolution. Pas question pour le moment d’évoquer une candidature en 2012. Lorsqu’un syndicaliste marseillais lui explique qu’il aimerait le voir dans la course à l’Elysée, le leader anticapitaliste botte en touche : "ne me fais pas ça devant les micros s’il te plaît".

"Je n’ai pas envie de me prendre la tête"

Depuis l’échec de son parti aux européennes, puis aux régionales, le facteur révolutionnaire observe un certain silence. Et pour l’instant, il assure ne pas avoir de réelles ambitions présidentielle: "je n’ai pas envie de me prendre la tête avec ça. Peut-être que je ne suis pas né en me disant que je serai candidat à l’élection présidentielle", balaye-t-il. "On m’a convaincu à deux reprises de le refaire mais je n’ai pas envie de faire carrière en politique. Je ne suis pas accroché au poste, pas même au poste de candidat", assure Olivier Besancenot.

"J’ai mon petit avis"

S’il se lance en 2012, il s’agira surtout de contrer Jean-Luc Mélenchon, candidat à la candidature du Front de gauche, auquel le NPA refuse de se rallier. "Soit il y a une candidature de rassemblement possible, soit il n’y en a pas et dans ce cas-là, il y aura une candidature du NPA, quoi qu’il en soit", explique-t-il.

En attendant, il ne veut pas précipiter les choses : "on verra à ce moment là. Le NPA, ça n’est pas une seule personne. J’ai mon petit avis mais je ne vous le dirai pas. On va en discuter avec mes petits camarades". Une lassitude qui se traduit aussi dans sa volonté de se mettre en retrait derrière deux porte-parole, qui seront désignés ce week-end, lors du congrès du parti, à Montreuil.