Bertrand Delanoë décline une invitation d’Eric Besson

  • A
  • A
Bertrand Delanoë décline une invitation d’Eric Besson
Partagez sur :

Le maire de Paris Bertrand Delanoë (PS) a décliné une invitation du ministre de l'Immigration Eric Besson à un dîner lundi 4 mai à son ministère rassemblant des personnalités originaires de Tunisie

Eric Besson aurait concocté un petit dîner avec mention spéciale Tunisie. Selon Libération, l’invitation a été adressée à Bertrand Delanoe qui l’a déclinée. Le ministère de l'Immigration n'a pas confirmé cette invitation. Parmi les convives, sont également conviés le footballeur Hatem Ben Arfa, de nationalité franco-tunisienne, l'actrice Claudia Cardinale, l'économiste Jean-Paul Fitoussi, et le comédien Michel Boujenah, tous trois natifs de ce pays.

"Bertrand Delanoë n'a pas l'intention d'aller au ministère. Il a été convié à un hommage aux immigrés tunisiens. Dans un premier temps, il était prêt à y passer. Quand il a constaté que cela se déroulait au ministère -l'exploitation politicienne du rendez-vous se trouvant avérée- il a décidé de ne pas y aller du tout", a-t-on expliqué dans l'entourage du maire de Paris, qui est né en 1950 à Tunis.

Eric Besson, dans une interview à paraître dans le Journal du Dimanche, précise qu'il réunira une "quarantaine de personnes venues de Tunisie", citant les mêmes convives, mais pas M. Delanoë, pour leur dire "que la France sait ce qu'elles lui ont apporté". D'autre part, récusant une fois de plus l'existence d'un "délit de solidarité" qui menace, selon des associations et la gauche, les personnes venant en aide aux immigrés clandestins, le ministre a "noté le silence prudent" de plusieurs dirigeants socialistes. "J'ai constaté que certains de ceux qui pensent à l'avenir, Manuel Valls ou André Vallini par exemple, n'étaient pas signataires de la proposition de loi" socialiste sur ce sujet, a-t-il précisé.

Le texte déposé par le PS prévoit de "dépénaliser toute aide lorsque la sauvegarde de la vie ou l'intégrité physique de l'étranger est en jeu sauf si cette aide a donné lieu à une contrepartie directe ou indirecte".