Bernard Pascuito sur les politiques : "L'importance des mères est énorme"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le journaliste est le coauteur d'un livre d'analyse des hommes et femmes de la sphère politique par le prisme maternel. Une plongée surprenante dans leur intimité.

INTERVIEW

Anne Fillon, Jeanine Mélenchon, Pierrette Le Pen... Voir les hommes et femmes politiques au travers de la figure maternelle, c'est l'idée de l'auteur Bernard Pascuito qui publie Les politiques aussi ont une mère (chez Albin Michel). Il était l'invité de la matinale d'Europe 1.

Le modèle de Sarkozy. Dans l'ouvrage, treize mères sont mises en avant. "Ce sont autant d'"histoires très différentes, très émouvantes", note l'auteur. Les politiques, souvent dans le contrôle, avaient lors des entretiens des "comportements magnifiques, dans l'émotion, jamais calculés", assure Bernard Pascuito. Certaines anecdotes surprennent. Ainsi, Colette Dupont-Aignan considère par exemple que la politique est "sale". De façon générale, les mères sont dans la franchise, loin des conseillers de communication. "On s'aperçoit que l'importance des mères est énorme. Sarkozy, par exemple, avec un père avec lequel il est en délicatesse, a pu s'appuyer, prendre modèle" sur sa mère.

"Fillon en rebelle". Bernard Pascuito ne s'est pas occupé de l'homme politique lui-même. "Ce n'est pas le problème", tranche-t-il. Néanmoins, l'ouvrage donne une nouvelle lecture de ces hommes et femmes, loin parfois de l’image qu'ils ont. François Fillon apparaît ainsi en enfant incontrôlable. "C'est hallucinant, Fillon en rebelle qui organise des manifestations dans son collège, qui se fait virer, qui pique la voiture de sa mère alors qu'il n'a pas le permis, qui vide la cave de son père, qui est dans le rouge à la banque", commente l'auteur. Quelques anecdotes font sourire dans le contexte de l'affaire Penelope. Le jeune Fillon proposait ainsi à l'un de ses frères de se dénoncer à sa place en échange d'une petite voiture. L'auteur ajoute : "La mère de François Fillon a travaillé bénévolement pendant quinze ans pour son père."

La rédemption de Pierette Le Pen. Autre style chez les Le Pen. Pierrette, la mère de Marine, est décrite comme une baba cool, qui, lassée des infidélités de Jean-Marie et de sa passion pour la politique, décide de quitter le foyer. Marine Le Pen a alors 16 ans et ne le supporte pas. "Les Le Pen s’écharpaient à longueur d'année. Ça faisait rire la France entière. On peut comprendre que ça ne fasse pas rire la fille du couple. Ce qui est extraordinaire, c'est cette rédemption quinze ans après. Elle (Pierrette) revient, appelée par une de ses filles, comme si rien ne s'était passé, avec la bénédiction de Jean-Marie. C'est elle qui organise la vie de la famille", raconte Bernard Pascuito.

On apprend aussi que les parents d'Emmanuel Macron n'ont pas bien réagi à l'annonce de son couple avec Brigitte, son ancienne prof de français qui deviendra son épouse. "Emmanuel Macron avec ses parents, on sait que ce n'est pas l'amour fou. Il y a une passion pour sa grand-mère", au point de vouloir aller vivre chez elle alors qu'il n'a que 5 ans. Un éclairage différent en pleine campagne présidentielle.