Bernard Laporte à Rama Yade : "J'aime te regarder"

  • A
  • A
Bernard Laporte à Rama Yade : "J'aime te regarder"
Partagez sur :

La passation de pouvoir au poste de secrétaire d'Etat aux Sports a alterné les moments d'hilarité avec d'autres plus solennels.

Ambiance détendue lors de la passation de pouvoir au poste de secrétaire d'Etat aux Sports entre Bernard Laporte et Rama Yade. L'ancien sélectionneur du Quinze de France a couvert d'éloges celle appelée pour lui succéder. "J'aime te regarder droit dans les yeux parce que, tu le sais, j'ai toujours eu beaucoup de rapports avec toi" a-t-il dit à Rama Yade. "Des rapports privilégiés" a-t-il précisé dans l'hilarité générale. Faisant allusion aux rumeurs faisant de lui le père de l'enfant de Rachida Dati, Bernard Laporte a ajouté : "Pendant six mois, il a fallu que j'explique à ma femme que ce n'était pas vrai !"

Prenant la parole après Bernard Laporte, Rama Yade a adopté un ton plus solennel, fustigeant ceux qui considèrent comme une régression son passage du secrétariat des droits de l'homme à celui des Sports. "C'est avec sérieux et enthousiasme que je prends mes nouvelles fonctions de secrétaire d'Etat chargé des Sports", a-t-elle déclaré avant d'insister dans son discours sur le fait que l'éditorialiste politique de RTL, Alain Duhamel, "n'a rien compris" quand il avait parlé de "punition". "J'ai envie de dire: Taisez-vous Monsieur Duhamel", a-t-elle lancé.

Regardez la vidéo de la scène diffusée sur le site de L'express :

Rama Yade avait appris mardi après-midi par François Fillon son changement de secrétariat d’Etat. Elle voit son passage des Droits de l’Homme aux Sports comme un changement "d’affectation". Invité d'Europe 1 mercredi matin, elle a fait part de sa satisfaction : "Ma peau est sauve puisque je suis membre du gouvernement et que j'occupe l'une des plus beaux portefeuilles puisque vous vous adressez à 65 millions de Français", a-t-elle estimé.

Rama Yade a également souligné les "enjeux économiques considérables", "un vrai budget de près de 700 millions d'euros", "les questions du handicap, du dopage, les paris sportifs, la question des infrastructures, des évènements exceptionnels" comme le Tour de France cycliste et la prochaine Coupe du monde de football.

> Fillon n'engagera pas sa responsabilité, selon Raincourt

> Hortefeux à l'Intérieur, Alliot-Marie à la Justice