Benoît Hamon survolté à Montpellier, Manuel Valls sans passion à Clermont-Ferrand

  • A
  • A
Benoît Hamon survolté à Montpellier, Manuel Valls sans passion à Clermont-Ferrand
@ Montage AFP
Partagez sur :

Manuel Valls a rassemblé à peine 300 personnes pour son meeting à Clermont-Ferrand. Dans le même temps, Benoit Hamon faisait salle comble à Montpellier. 

REPORTAGE

Deux salles, deux ambiances. Mardi soir, le contraste était saisissant entre deux meetings de deux candidats à la primaire de la gauche : celui de Manuel Valls et celui de Benoît Hamon. Quand l'ancien Premier ministre réunissait péniblement 300 personnes à Clermont-Ferrand, Benoît Hamon faisait salle comble à Montpellier avec plus de 1.000 personnes. Nos reporters étaient sur place. Ambiance (ou pas).

Au meeting de Valls, "on s'ennuyait presque"

Depuis le début de la campagne, Manuel Valls patine. Cela s'est encore vu mardi soir en Auvergne. Il a lu son discours sans passion devant un public sans enthousiasme. Applaudissements polis d'un petit gymnase endormi. "J'ai besoin de votre mobilisation à tous", a pourtant rappelé l'ancien locataire de Matignon. "Alors ne vous laissez pas abattre. Réveillez-vous".

Mais les 300 sympathisants ou simples curieux ne se sont jamais vraiment réveillés. "On s'ennuyait presque en fait", nous a confié une militante. "J'ai du mal à y croire", a même confessé une autre. "Il nous a montré ce qu'il a essayé de faire en tant que Premier ministre et il essaie là de nous montrer un autre visage en tant que candidat. Mais ce n'est pas très convaincant".

Entendu sur Europe 1
Maintenant, il y a obligation de réussir le premier débat jeudi soir

Meetings souvent poussifs, des signes d'agacement souvent visibles sur le terrain – comme mardi face aux journalistes. On sent depuis le début de cette campagne une certaine fébrilité. "On savait que cela ne serait pas facile", nous a expliqué l'un de ses soutiens. "Maintenant, il y a obligation de réussir le premier débat jeudi soir".


Un meeting sans passion et sans enthousiasme...par Europe1fr

Dans une ambiance électrisée, Hamon a "rassuré" les sceptiques

A 335 kilomètres plus au sud, Benoît Hamon a rassuré, dans une ambiance bien différente. Salle surchauffée, pleine à craquer, musique crachée dans la sono, standing ovation et… un candidat très souriant. Un contraste saisissant.

Pour électriser son public, Benoît Hamon n'a que deux mots à prononcer : revenu universel. "A ceux qui disent que c'est irréalisable, la question n'est déjà plus 'y aura-t-il un revenu universel ou pas ?' mais 'quel revenu universel d'existence mettrons-nous en œuvre ?", explique le candidat de la primaire de la gauche.

Entendu sur Europe 1
Je n'étais pas tout à fait convaincue en venant

Dans la salle, plus de 1.000 personnes s'étaient pressées pour entendre l'outsider de la primaire. Et parmi eux, beaucoup de curieux. De nombreuses personnes sont venues non pas pour soutenir mais pour écouter et se faire une idée. "Je n'étais pas attiré par Monsieur Hamon mais je pense que ce qu'il dit tient debout", estime une spectatrice. "Je n'étais pas tout à fait convaincue en venant", avoue une autre. "J'ai été rassurée et je voterai pour lui le 22 janvier prochain". "Il nous remonte le moral", insiste un autre sympathisant socialiste.

A la sortie du meeting, une jeune militante résume parfaitement la différence de styles entre les deux candidats : "quitte à perdre à la fin, en mai prochain, autant s'autoriser à rêver le temps d'une campagne". 


Benoit Hamon électrise les foules à Montpellierpar Europe1fr