Bennahmias va lancer un nouveau parti, proche du PS

  • A
  • A
Bennahmias va lancer un nouveau parti, proche du PS
Jean-Luc Bennahmias va lancer fin septembre un nouveau parti baptisé Front démocrate.@ MaxPPP
Partagez sur :

L'ex-vice président du MoDem, représentant de l'aile gauche, créera un parti fin septembre, baptisé Front démocrate.

Jean-Luc Bennahmias va lancer fin septembre un nouveau parti, baptisé "Front démocrate". L'ex-vice président du MoDem, représentant de l'aile gauche du parti centriste, veut davantage se rapprocher du PS, alors que le MoDem tente plutôt de renouer ses liens avec l'UMP.

Le divorce est consommé... L'ancien député européen veut ainsi "développer un front républicain offensif", a-t-il expliqué à l'AFP, et ainsi "participer à la recomposition politique générale" en cours. L'ancien secrétaire général de Verts, représentant l'aile gauche du MoDem, avait été critique à l'automne sur le mariage entre le MoDem et l'UDI. Il avait ensuite soutenu le candidat socialiste Patrick Mennucci à la mairie de Marseille. Il a coutume de dire qu'il a "divorcé à l'amiable" d'avec François Bayrou, président du MoDem.

... Mais c'est un divorce à l'amiable. "L'idée du MoDem canal historique était intéressante", relève Jean-Luc Bennahmias lundi, se défendant ainsi de faire "une opération anti-MoDem". Il a d'ailleurs "dans ses réseaux" des MoDem, mais aussi des anciens du PS, des écologistes (à EELV ou chez Corinne Lepage) ... Il a aussi affirmé qu'il ne voulait pas "être un groupuscule de plus qui va essayer d'exister en plus des autres groupuscules". Il ambitionne de créer un "regroupement démocrate" qui sera "à la hauteur de ce qu'on fait nos anciens du Conseil national de la Résistance".

"Valls-Hollande, ça nous va bien". Jean-Luc Bennahmias affirme avoir vu François Hollande à trois reprises ces derniers mois. "On discute", explique-t-il. Après son soutien à Patrick Mennucci, il avait été pressenti pour rejoindre une liste PS aux européennes mais cela ne s'est pas fait. Son bras droit à Marseille, Christophe Madrolle assurait lundi matin "recevoir pleins d'appels" depuis que l'information était parue. "On a voté pour lui en 2012. Nous ne sommes pas dans le Hollande bashing. Le duo Hollande-Valls, ça nous va bien !", explique-t-il lundi au Parisien.