Bayrou "regrette l'affrontement" avec Cohn-Bendit

  • A
  • A
Bayrou "regrette l'affrontement" avec Cohn-Bendit
Partagez sur :

Le président du MoDem François Bayrou a comparé mardi sur Europe 1 son vif échange avec Cohn-Bendit au "coup de tête de Zidane" lors de la Coupe du monde 2006.

"Ce n'est pas le moment le plus agréable de ma vie", a confié mardi François Bayrou sur Europe 1. Deux jours après les 8,5% enregistrés par le MoDem aux élections européennes, le président du MoDem reconnaît des erreurs dans sa campagne.

"Il aurait mieux valu qu'il n'y ait pas cet accrochage", regrette François Bayrou à propos de l'échange violent qui l'a opposé à Daniel Cohn-Bendit sur France Télévisions à quelques jours du scrutin. Le leader du MoDem avait accusé la tête de liste d'Europe Ecologie en Ile-de-France d'"ignominie", à propos du livre Grand Bazar écrit en 1975 et dans lequel l'ex-leader de Mai-68 s'interrogeait sur les ambiguïtés sexuelles entre adultes et enfants. "Je regrette l'affrontement mais je ne peux pas dire que j'ai la moindre complaisance ou la moindre indulgence à l'égard des écrits ou des actes qui étaient là rapportés".

François Bayrou n'a pas hésité à se comparer à Zinedine Zidane. "En finale de la Coupe du Monde, Zidane donne un coup de tête. Or Zidane est un homme qui garde ses nerfs en général. Il arrive qu'il y ait des moments où s'exprime quelque chose qui devrait être conservé" pour soi. "Beaucoup de gens en France avaient de moi une idée de quelqu'un qui n'allait pas dans les débats de bas étage. (...) C'est au rapport de confiance qu'il y a entre eux et moi que je pense. De ce point de vue là, c'est quelque chose qui me touche", reconnaît le président du MoDem.

> Regardez l'extrait dans lequel Bayrou se compare à Zidane :

Sur le fond, François Bayrou explique : "Je pensais que les sujets de l'Europe et de la France étaient impossible à séparer". Mais "ce n'est pas ce que les Français ont retenu", regrette-t-il. Selon les observateurs, ses attaques répétées contre Nicolas Sarkozy sont un élément permettant d'expliquer son faible score. Mais le président du MoDem précise : "Je n'ai pas non plus envie de battre ma coulpe, en expliquant que ce qui était vrai hier est faux aujourd'hui, ce n'est pas dans mon caractère."

Interrogé sur sa candidature aux présidentielles 2012, François Bayrou est par contre resté évasif. "L'élection présidentielle, les Français en décident le moment venu".

> L'intégralité de l'entretien de François Bayrou :

> Vidéo : clash entre Bayrou et Cohn-Bendit

> Celle par qui le clash Bayrou-Cohn-Bendit est arrivé