Bayrou et Juppé, "le pacte d'Aquitaine" pour 2017

  • A
  • A
Partagez sur :

L'INFO POLITIQUE - Le président du MoDem et le maire de Bordeaux préparent une alliance pour la prochaine présidentielle.

Le pacte. Il n'envisage pas de se présenter en 2017, il l'a dit mardi sur Europe1. Mais cela ne veut pas dire que François Bayrou ne s'engagera pas dans la prochaine campagne présidentielle. Comme l'explique l'éditorialiste Caroline Roux, le président du MoDem est déjà en train de poser les premières pierres d’une alliance avec… le maire UMP de Bordeaux, Alain Juppé.

"Il faut désormais parler du 'Pacte d’Aquitaine'. Bayrou le Béarnais et Juppé le Bordelais. Le patron du MoDem, que j’ai eu en ligne mercredi soir, assume : 'bien sûr que nous avons calé cela ensemble, c’est une alliance profonde, basée sur une proximité ancienne, pas un rapprochement de circonstances'", rapporte Caroline Roux.

"Bayrou aurait été utile à Sarkozy". Et il s'agit bien plus que d'une belle photo pour les municipales. La répartition des rôles pour 2017 est même assez claire : si Alain Juppé parvient à aller au bout d’une candidature à la présidentielle, il pourra compter sur François Bayrou. Comme le concède un proche du maire de Bordeaux : "on a compris que les quelques points de François Bayrou auraient été utiles à Nicolas Sarkozy en 2012".

Chez Alain Juppé aussi, l’argumentaire est déjà prêt. "Les deux hommes sont totalement compatibles sur le fond. Ils ont noué des liens lorsqu'ils étaient à la tête du RPR et de l’UDF à la fin des années 80. Ils partagent  le goût des lettres, du latin et du grec. Et ils n’ont jamais cessé de se voir", détaille Caroline Roux.

Quid de Borloo ? François Bayrou a donc bien renoué avec la droite. Mais quel rôle jouera Jean-Louis Borloo, l'autre figure du centre, dans cette alliance ? François Bayrou a toujours pensé que le patron de l'UDI resterait fidèle à Nicolas Sarkozy. Or François Bayrou déteste Nicolas Sarkozy. Comme le dit l'un des anciens amis du Béarnais : "Bayrou est un amateur de poker. En jouant la carte Borloo, puis la carte Juppé, il vient de se remettre au centre du jeu à droite". La seule crainte du président du MoDem, c’est la capacité de résistance d’Alain Juppé. Il s’explique : "le jour où il va sortir du bois, ils vont cogner".  "Ils" ? "Comprendre : les amis de Nicolas Sarkozy", décrypte l'éditorialiste d'Europe1.