Baylet oppose une fin de non-recevoir à Tapie

  • A
  • A
Baylet oppose une fin de non-recevoir à Tapie
@ MAXPPP
Partagez sur :

INTERVIEW E1 -  Le président du PRG juge "impossible" de faire campagne avec Tapie tant qu'il n'est pas "reconnu innocent".

Jean-Michel Baylet, président du Parti des radicaux de gauche, a réagi aux déclarations de Bernard Tapie qui a affirmé mercredi qu'il se mobiliserait politiquement pour empêcher toute avancée du FN. "Si, à Marseille, le FN reste en seconde position, je ferai les marchés, les écoles, pour le faire reculer", a-t-il affirmé. Car, selon lui, "la gauche, croit, à tort, que le FN c’est un moyen de baiser la droite (sic)". Interrogé par Europe 1, Jean-Michel Baylet confirme l'engagement de Bernard Tapie contre le FN. "Je lui donne acte du fait qu'un des fondements de son engagement politique a été la lutte contre le Front national. Il est le seul à avoir réussi à claquer le bec à Jean-Marie Le Pen", commente le sénateur du Tarn-et-Garonne.



Baylet : "Impossible de mener campagne avec Tapie"par Europe1fr

Bernard Tapie a également assuré que si la gauche ne parvenait pas à faire reculer le FN, c’est lui qui s’y collerait. "Ma famille politique, ce sont les Radicaux. Je vais demander à Baylet, il va me dire s’il accepte que je reparte avec lui pour quelques campagnes, quelques marchés, quelques villes", a-t-il annoncé lors de l'émission spéciale.



Bernard Tapie : "Contre le FN de toutes nos...par Europe1fr

Sauf que sur Europe 1, Jean-Michel Baylet assure qu'un retour de Bernard Tapie aux côtés du PRG n'est pas à l'ordre du jour. "Au moment où le président prône une république exemplaire, au moment du débat sur la transparence au Parlement, ça me semble pour l'instant impossible. Si Bernard Tapie est reconnu innocent, au sens juridique du terme, par la cour d'appel, nous pourrons revoir notre position. Il faudrait en discuter. Aujourd'hui, il me semble impossible de mener campagne avec Bernard Tapie, tant que la cours d'appel n'a pas rendu son verdict dans cette affaire qui lui porte du tort, mais qui porte, au delà de lui, du tort à l'ensemble de la classe politique française".