Baudis : une nomination "très probable"

  • A
  • A
Baudis : une nomination "très probable"
Baudis aurait été choisi par Sarkozy pour être le premier Défenseur des droits@ MAX PPP
Partagez sur :

INFO E1 - L'ex-maire de Toulouse confirme sa possible nomination comme Défenseur des droits.

Jack Lang a longtemps fait figure de favori pour le poste. Mais Nicolas Sarkozy a récemment tranché et s'apprête à nommer l'ancien maire UMP de Toulouse, Dominique Baudis, au poste de Défenseur des droits, a révélé jeudi LeMonde.fr.

L'Elysée pourrait annoncer, vendredi, cette décision

Une nomination imminente que confirme Dominique Baudis, lui-même. Joint par Europe 1, l’ancien maire de Toulouse estime que sa désignation est "une hypothèse très probable", bien que "le choix final appartienne au président de la République".

L’ancien maire de Toulouse précise également avoir rencontré, jeudi, Nicolas Sarkozy et, selon lui, le long processus de désignation du Défenseur des droits pourrait débuter, vendredi, par une annonce de l'Elysée. Il faudra ensuite que la Commission des lois et le Conseil des ministres valident le choix du président. Si tous s'accordent, Dominique Baudis deviendra, alors, à 64 ans, le premier titulaire de ce poste, créé cette année malgré les critiques sur son manque supposé d'indépendance et de moyens.

Une nomination dans un contexte politique tendu

Pourquoi Nicolas Sarkozy a-t-il finalement choisi Dominique Baudis ? D’abord parce que "l'ancien ministre socialiste Jack Lang avait perdu toutes ses chances depuis qu'il a déclaré qu'il n'y avait pas 'mort d'homme' pour justifier la mise en liberté de DSK", écrit LeMonde.fr.

Ensuite parce que la nomination de Dominique Baudis intervient dans un contexte politique tendu où le principe de présomption d’innocence a été invoqué dans plusieurs affaires. Celles de DSK et Georges Tron et, plus récemment encore, celle des propos controversés de Luc Ferry.

Or, calomnié, accusé puis innocenté en 2003 dans l’affaire Patrice Allègre, Dominique Baudis pourrait faire figure de candidat idéal pour, en tant que Défenseur des droits, rappeler à l'ordre la classe politique en cas de dérives.

En 2003, en effet, Dominique Baudis avait été accusé de proxénétisme, viol, meurtre et actes de barbarie avant d’être innocenté, après plus de deux ans et demi de procédure. En 2009, l'ancien présentateur de télé et ex-président du Conseil supérieur de l'audiovisuel a repris la politique et s'est fait élire au Parlement européen.