Batho : l’alerte rétablie "à notre demande"

  • A
  • A
Batho : l’alerte rétablie "à notre demande"
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - La ministre, avec Manuell Valls, a demandé à Météo France de rétablir l'alerte.

Le rétropédalage de Météo France a été spectaculaire mercredi matin. A 6 heures, l’agence météo avait levé la vigilance orange sur 21 départements, avant de la rétablir moins de deux heures plus tard, concernant cette fois 19 départements. Delphine Batho a donné mercredi matin sur Europe 1 l’explication de ce revirement

"A notre demande". "Cela a été fait à notre demande, à Manuel Valls et à moi, en salle de crise [mercredi] matin à 6h45", a affirmé la ministre de l’Ecologie. "Le dégel n’est pas là, il n’est pas prévu dans la journée. Il y a effectivement une perturbation météorologique qui est en train de s’éloigner mais en même temps, il y a beaucoup de verglas sur les routes", a-t-elle expliqué. "Nous avons donc demandé à Météo France de replacer certains départements en vigilance orange, car il faut que les gens aient conscience que les routes sont verglacées et qu’il ne faut pas s’y aventurer."

"Une carte de vigilance, c’est un signal". De là à y voir un désaveu de l’action de Météo France, il n’y a qu’un pas que Delphine Batho franchit presque. "Météo France fait son travail. Chacun comprend bien qu’une carte d’alerte et de vigilance, c’est un signal qui est donné aux citoyens sur la façon d’adapter leur comportement. Et il y a encore beaucoup de verglas sur la route", a insisté la ministre.

Cuvilier, un temps de retard. Interrogé un peu plus tôt sur Europe 1, avant que la vigilance orange ne soit rétablie, Frédéric Cuvilier avait lui justifié la levée de l'alerte décidée par Météo France. "Les alertes vigilances sont levées car les précipitations sont terminées et les perturbations sont désagrégées", avait expliqué le ministre des Transports, sans toutefois nier que les problèmes perduraient. "En revanche, la chute des températures amène à la constitution de verglas sur des épaisseurs de neige parfois importantes et sur des congères qui ont été formées suite à ce vent assez violent qui nous a beaucoup perturbé [mardi]."