Bataille de l'UMP : Baroin choisit Fillon

  • A
  • A
Bataille de l'UMP : Baroin choisit Fillon
@ REUTERS
Partagez sur :

L'ex-ministre préfère la "sensibilité de gaulliste social" à la ligne défendue par Copé.

Humainement proche de Jean-François Copé mais politiquement d'accord avec François Fillon, François Baroin a préféré patienter avant d'afficher ses préférences dans la bataille pour la tête de l'UMP. Finalement, c'est en faveur de l'ancien Premier ministre qu'il s'est rallié, soulignant son talent pour le "rassemblement".

A lire aussi : Fillon-Copé, deux rivaux pour une photo

"Une réponse politique en conscience et en responsabilité"

L'ancien ministre de l'Economie François Baroin votera donc pour François Fillon dans l'élection interne de novembre qui doit désigner le président du principal parti d'opposition français, l'UMP. "Je voterai pour François Fillon. Nous avons beaucoup travaillé ensemble, lui à  Matignon, moi à Bercy. Sa solide expérience de l'État sera précieuse. Il saura créer les conditions du rassemblement après l'élection", dit François Baroin dans un entretien au Journal du dimanche.

"C'est une réponse politique en conscience et en responsabilité. L'expérience de François Fillon, sa sensibilité de gaulliste social me correspond et elle correspond mieux aux besoins du moment", ajoute-t-il. 

La bataille de l'UMP se poursuit

29.09.Bandeau.UMP.Fillon.Cope.Maxppp.460.100

© MAXPPP

Sondage parmi les sympathisants, soutien d'élus, etc. : pour l'instant, François Fillon fait la course en tête. Mais Jean-François Copé a décidé de muscler la campagne en jouant la carte de la droitisation, terrain sur lequel son rival est censé être moins à l'aise. L"actuel secrétaire général du parti a donc lancé une polémique sur le "racisme anti-blanc".

>> A lire aussi : Copé et le tabou du "racisme anti-blanc"

Pour lui répondre, François Fillon a répliqué en proposant que les parlementaires fixent chaque année un quota à l'immigration. "Je veux désormais que tous les ans, comme c'est le cas au Canada, ce soit le Parlement qui vote en toute transparence, année après année, le nombre total d'étrangers qu'on peut accueillir", a-t-il dit.

>> A lire aussi : Copé, Fillon, qui est le plus à droite ?