Baroin : "Juppé n’a pas confiance en moi, et je n’ai pas confiance en lui"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le président de l'Association des maires de France a annoncé son soutien à une éventuelle candidature de Nicolas Sarkozy à la primaire de la droite, alors qu'Alain Juppé continue de distancer l'ancien chef de l'Etat dans les sondages.

François Baroin a choisi de rallier une éventuelle candidature de Nicolas Sarkozy à la primaire de la droite. Un choix qui peut surprendre de la part d’un fidèle chiraquien, alors qu’Alain Juppé, favori des sondages, s’impose comme l’héritier politique de celui qui fut pendant 12 ans le président de la République. "Si la question est de savoir si avec Alain Juppé la confiance est mutuelle, la réponse est non. Il n’a pas confiance en moi, et je n’ai pas confiance en lui", a reconnu François Baroin sur Europe 1. "Je suis un homme profondément libre, les amis de mes amis ne sont pas automatiquement et naturellement mes amis", ajoute-il.

"La politique n’est pas une science exacte". Certains commentateurs attribuent la détestation Juppé /Baroin à l’éviction, en juin 1995, de François Baroin du gouvernement d'Alain Juppé. Une analyse "ridicule et dérisoire" pour le maire de Troyes. "C’est ainsi", répond-t-il simplement au micro du Grand Rendez-vous d'Europe 1/Le Monde/Itélé. "La politique n’est pas une science exacte, c’est une science humaine, c’est fondée sur des relations, c’est fondé sur de l’humanité."

Jacques Chirac. Pour autant, celui qui fut en 1993 le plus jeune député de France, ne renie rien de son admiration pour Jacques Chirac. "J'ai doré ses qualités humaines, j’ai adoré son engouement. J’ai adoré sa passion pour la France. J’ai aimé le servir et j’ai aimé servir la manière dont il a élevé une certaine idée du pays."