Badinter s'attaque aux Sages présidents

  • A
  • A
Badinter s'attaque aux Sages présidents
Partagez sur :

L'ex-Garde des Sceaux ne veut plus des présidents de la République au Conseil constitutionnel.

Robert Badinder jette un pavé dans la mare. L'ancien ministre PS de la Justice s'est dit "absolument hostile à la présence des anciens présidents de la République au Conseil constitutionnel" qu'il a présidé, estimant, jeudi sur Public Sénat, que cette pratique n'a plus lieu d'être aujourd'hui.

Une pratique "historique et anecdotique"

L'ancien président de cette institution gardienne de la Constitution est revenu sur l'origine de cette pratique la qualifiant "d'historique et d'anecdotique". "Comme sous la IVe République, les anciens présidents de la République touchaient la très maigre pension des conseillers d'Etat, même pas celle du président du Conseil d'Etat, le Général de Gaulle a considéré que pour René Coty, il convenait de faire mieux. C'est là qu'on a dit : voilà, les anciens présidents de la République iront au Conseil constitutionnel", a-t-il rappelé.

"Cela n'a plus de sens aujourd'hui"

Mais, "ça n'a pas de sens" aujourd'hui, a fait valoir le sénateur socialiste avant d'ajouter : "Pour les présidents de la République, la question matérielle ne se pose plus. Il y a très généralement la retraite des parlementaires à taux plein et ils ont généralement exercé d'autres activités : la haute fonction publique, notamment. Et puis comme président de la République, c'est la moindre des choses, ils touchent une pension".

Selon Robert Badinter, "on devrait, s'il y a lieu, augmenter la retraite des anciens présidents de la République mais ne pas les maintenir au Conseil constitutionnel" sous prétexte que "jadis, on avait trouvé un moyen singulier pour honorer M. Coty". Actuellement, Valéry Giscard d'Estaing et Jacques Chirac, tous deux anciens présidents, siègent au Conseil constitutionnel.