Badinter : "le racisme, cela se combat partout et toujours"

  • A
  • A
Badinter : "le racisme, cela se combat partout et toujours"
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - L'ex-garde des Sceaux a évoqué l'affaire Dieudonné au micro d'Europe 1 jeudi.

INTERVIEW E1 - "C'est intolérable, c'est insupportable. Voilà un homme condamné six fois à des amendes qui sont importantes et rien ne se passe. Je pense que maintenant, conscience est prise de la gravité des propos", a déploré Robert Badinter, en évoquant l'affaire Dieudonné au micro d'Europe 1 jeudi. "Mais ce qui me choque et me révolte aujourd'hui ce sont les propos de Dieudonné. Ce n'est pas le problème de savoir pourquoi est-ce que l'on n'a pas fait passer l’exécution de ses condamnations en haut de la pile des dossiers", a nuancé l'ancien garde des Sceaux.

"C'est toujours un combat prioritaire". "Ce qui est révoltant, ce sont les propos de Dieudonné, les insultes inouïes à la mémoire des morts de la Shoah. C'est la dérision dans laquelle il s’inscrit vis-à-vis de ce qui constitue des crimes majeurs contre l'humanité", a-t-il poursuivi. "Le racisme, cela se combat partout et toujours que ce soit le racisme anti-noir ou l'antisémitisme, mais c'est toujours un combat prioritaire. Dans le cas de Dieudonné, il faut en prendre conscience, ne pas en rire et le poursuivre durement", a enfin ajouté l'homme de l'abolition de la peine de mort.



Dieudonné : "Des propos infâmes au succès...par Europe1fr

Faut-il sanctionner Dieudonné ? "Vous avez à cet égard des textes, des lois. Je dis toujours : les choses doivent être claires, la loi, toute la loi, rien que la loi !", appuie Robert Badinter. "Vous avez cet impératif qui est inscrit dans la loi. La provocation, l'appel à la haine raciale : c'est une des plus graves infractions, un des plus grands troubles à l'ordre public", a-t-il dénoncé.

Dieudonné et sa "farce juridique". L'ancien ministre a ensuite dénoncé une assignation "délivrée" à la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA) "à la requête de Dieudonné". "Une farce juridique et judiciaire (...) grotesque". "Mais ce qui est important : c'est délivré à la requête de Dieudonné et ses associés, ses partenaires", a-t-il relevé. "On y retrouve Robert Faurisson, le meneur intellectuel de toute la campagne révisionniste, tellement admiré en Iran, et surtout Youssouf Fofana, celui a enlevé, torturé, tué".

Les interdictions, les autorisations ou les indécisions, par ordre chronologique :