Ayrault : "Hollande est le patron"

  • A
  • A
Ayrault : "Hollande est le patron"
@ EUROPE 1
Partagez sur :

Le Premier ministre a reconnu qu' "une nouvelle étape" se dessinait dans le quinquennat.

Jean-Marc Ayrault le reconnaît : quelque chose a changé depuis le début du quinquennat. La présidence "normale" n'est plus d'actualité. La répartition des tâches entre lui et François Hollande est aussi en train de se modifier. "On est passé effectivement à une étape différente qui est que le président de la République assume - et les Français l'ont vu - avec courage, sincérité mais aussi détermination, la mission qu'il s'est fixée et que les Français lui ont confiée : le redressement du pays dans la justice", a répondu le Premier ministre.

Les Français "savent qu'à l'Elysée, il y a un patron, un président", a-t-il ajouté. "Lui est garant devant les Français du cap, du respect de ses engagements et moi je suis, vis-à-vis de lui, garant de la mise en œuvre de ses engagements", a expliqué Jean-Marc Ayrault.

"Je ne réfléchis pas à mon sort personnel"

Jean-Marc Ayrault en a conscience : son sort pourrait être lié au succès, ou non, de la mise en oeuvre de "l'agenda du redressement 2014" annoncé par François Hollande, dimanche soir. "Bien sûr, quand on est Premier ministre, je le sais depuis le début", a-t-il dit. "Mais je ne me pose pas chaque matin la question, 'qu'est-ce que je pourrais faire pour plaire ou déplaire ?'". "Je ne suis pas en train de réfléchir à mon sort personnel, ce n'est pas mon sujet", a-t-il insisté. "J'ai une feuille de route : le programme du président (...) Moi j'ai la responsabilité de la mise en oeuvre de ces engagements. J'ai bien l'intention, sans hésitation, sans état d'âme, avec conviction et détermination, de le faire".

Le Premier ministre s'est encore réjoui que le gouvernement "se fixe un objectif ambitieux". "Inverser la courbe du chômage en est un", a-t-il assuré. "La France est en difficulté, mais il ne faut pas pour autant renoncer au redressement du pays", a-t-il martelé, décidé à montrer toute sa détermination.

"Les couacs, c'est terminé"

Mais en tant que chef du gouvernement, Jean-Marc Ayrault a appelé à la cohérence de son équipe et rappelé à l'ordre ses ministres. "Quelques-uns ont fait leur apprentissage et parfois se sont laissé aller à des commentaires qui n'avaient pas grand-chose à voir avec leur ministère", a confié Jean-Marc Ayrault. "C'est terminé. Je crois que les choses sont claires", a-t-il ajouté. "Ce qui compte, c'est de se concentrer sur la mission qui est la nôtre".