Avec sa stature,Valls domine ses rivaux de la primaire… et c'est tout

  • A
  • A
Avec sa stature,Valls domine ses rivaux de la primaire… et c'est tout
Manuel Valls impose sa "stature présidentielle" à ses rivaux de la primaire organisée par le Parti socialiste.@ THIERRY ZOCCOLAN / AFP
Partagez sur :

Manuel Valls apparaît comme le plus à même d'affronter Marine Le Pen et François Fillon lors de la présidentielle dans un sondage Ifop publié par le Journal du dimanche au matin du premier tour de la primaire socialiste. Mais l'ex-Premier ministre est loin de susciter un enthousiasme absolu.

La primaire organisée par le Parti socialiste occupe tous leurs efforts mais avec un objectif plus lointain : l'élection présidentielle. Après avoir convaincu les électeurs de gauche, il faudra s'adresser à toute la France. Et à ce grand jeu, Manuel Valls semble avoir une longueur d'avance sur ses rivaux, selon un sondage Ifop publié par le Journal du dimanche au matin du premier tour de la primaire de gauche.

Mis en concurrence avec Benoît Hamon, Arnaud Montebourg et Vincent Peillon, l'ex-Premier ministre apparaît pour 28% des électeurs comme étant le plus à même d'affronter François Fillon et Marine Le Pen au printemps. Il devance nettement Arnaud Montebourg (15%). Et obtient le même résultat au moment de valoriser la stature présidentielle des différents candidats issus des rangs du Parti socialiste (28% pour Valls, 15% pour Montebourg, 8% pour Hamon).

Carton plein pour Valls au sein du PS. Sur les seuls sympathisants de gauche, qui représentent 39% de l'échantillon, la stature présidentielle de Manuel Valls s'impose toujours, mais il n'apparaît pas plus en mesure de rassembler la gauche que Benoît Hamon ou Arnaud Montebourg (19% pour chacun). L'ex-Premier ministre fait la différence auprès des sympathisants du Parti socialiste (17% de l'échantillon), qui sont 52% à estimer qu'il sera le mieux à même d'affronter François Fillon et Marine Le Pen.

Benoît Hamon leur apparaît toutefois plus sensible aux préoccupations des Français (28% contre 24% pour Valls et Montebourg). Vincent Peillon est lui nettement distancé dans tous les domaines et auprès de tous les échantillons.

Pendant ce temps-là, Macron et Mélenchon... Si les résultats de cette enquête d'opinion lui donnent l'avantage sur ses rivaux directs, Manuel Valls n'emporte pas un plébiscite pour autant. 48% des Français répondent "aucun de ceux-là" lorsqu'il s'agit de définir qui parmi ces quatre candidats est le plus en capacité de s'opposer à François Fillon et Marine Le Pen.

Cet espace correspond en partie celui occupé par Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron, qui mènent une campagne efficace loin de la primaire. Face à ces rivaux, les candidats opposés ce dimanche n'ont de cesse de regretter que ni l'un ni l'autre ne se soient présentés à ce premier scrutin. Sans forcément convaincre là encore. 66% approuvent la décision de Jean-Luc Mélenchon de ne pas participer à la primaire, 63% pour Emmanuel Macron… tandis que 13% des sympathisants d'En Marche! auraient souhaité voir leur champion se présenter.


Enquête de l'Ifop pour le Journal du dimanche auprès d'un échantillon de 1.503 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 18 au 20 janvier.