Aux régionales, le Parti socialiste oublie la rénovation

  • A
  • A
Aux régionales, le Parti socialiste oublie la rénovation
Partagez sur :

Lors de leur référendum, les militants socialistes ont reconduit tous les présidents de régions sortantspour les régionales de 2010.

La "rénovation", oui, mais pas tout de suite. Martin Malvy, 73 ans, président de la région Midi-Pyrénées depuis onze ans ;Jacques Auxiette, 69 ans, à la tête du conseil régional des Pays de la Loire ; Daniel Percheron, 67 ans, son homologue du Nord-Pas-de-Calais, …. . A une écrasante majorité, les 24 candidats officiellement désignés par les militants socialistes, jeudi soir, pour conduire les listes du parti aux élections régionales de mars 2010, sont des hommes, plutôt âgés, et ... sortants.

La fameuse "rénovation de A à Z" promise par Martine Aubry peut donc sembler loin, à la lecture des résultats de "l’autre" question qui était posée, jeudi soir, aux militants socialistes.

Symbole par excellence de cette ambiguïté : le cas de George Frêche, contesté mais très influent président de la région Languedoc-Roussillon. Officiellement, Frêche est en rupture de ban avec le Parti socialiste depuis janvier 2007 et ne peut donc prétendre à une investiture socialiste.

Jeudi soir, les militants socialistes locaux ont d’ailleurs désigné, au poste de tête de liste, Didier Codorniou, un ancien rugbyman maire de la ville de Gruissan et conseiller régional.

Didier Codoriniou, homme-lige de George Frêche ? Pour l’instant, le PS se garde de bien de le reconnaître officiellement : Benoît Hamon, le porte-parole du parti, a ainsi martelé, vendredi : "Didier Codoriniou ne s'est pas présenté pour dire qu'il était le faux-nez de George Frêche, je conteste cela ..."

Mais la donne devrait bientôt changer : "George Frêche est incontournable, il faut juste trouver le bon moment pour le remettre en selle", affirment ainsi, hors-micro, les ténors de la rue de Solférino, réitérant un constat posé, il y a un peu plus de deux semaines, par les présidents de plusieurs conseils généraux, réunis dans le bureau de Martine Aubry.