Aurélie Filippetti : "Si la gauche perdait, elle n’aurait à s’en prendre qu'à elle-même"

  • A
  • A
Partagez sur :

L’ancienne ministre de la Culture a répondu à Michel Sapin, qui a vivement critiqué Emmanuel Macron, l’accusant de vouloir "faire perdre la gauche".

INTERVIEW

Le gouvernement multiplie les attaques contre Emmanuel Macron. L’ancien ministre de l’Économie, qui pourrait se présenter à la présidentielle de 2017, a été vivement critiqué par Michel Sapin. "Il ne peut pas gagner. Par contre, il peut faire perdre la gauche. Peut-être est-ce son objectif", a accusé l’actuel ministre de l’Économie, mercredi matin sur Europe 1.

Une vision que ne partage pas l’ancienne ministre de la Culture Aurélie Filippetti. "Si la gauche perdait, elle n’aurait à s’en prendre qu'à elle-même", a répondu la députée PS de Moselle, mercredi soir au Club de la presse d'Europe 1.

"Le gouvernement ne devrait pas avoir peur ni de Macron ni de la primaire." "Je ne vais pas le défendre (en parlant d’Emmanuel Macron, ndlr). Mais personnellement je le regrette et je ne le comprends pas. Il était dans le gouvernement choisi par François Hollande et Manuel Valls, il aurait donc dû se soumettre à la primaire socialiste. Il a choisi de faire cavalier seul, on verra", a poursuivi la députée.  

"Si le gouvernement est si sûr de son bilan, il ne devrait avoir peur ni d’Emmanuel Macron ni de la primaire", a conclu Aurélie Filippetti. L’ancienne ministre avait claqué la porte du gouvernement en août 2014, en même temps qu’Arnaud Montebourg.