Aubry : "Sarkozy fait honte à la France"

  • A
  • A
Aubry : "Sarkozy fait honte à la France"
Partagez sur :

La première secrétaire du Parti socialiste a réagi violemment au sujet de la décision de lancer un débat sur l'identité nationale.

"Nicolas Sarkozy fait honte à la France en voulant opposer identité nationale et immigration. Et il a tort de penser que cette fois-ci les Français le suivront", a déclaré Martine Aubry dimanche à Grenoble, devant des centaines de militants réunis lors du neuvième congrès du Mouvement des jeunes socialistes (MJS).

"Je ne pardonnerai jamais à Nicolas Sarkozy d'avoir mélangé l'identité nationale et l'immigration", a insisté la première secrétaire du PS, dénonçant le "climat atroce" autour de l'immigration "qui est en train de s'installer dans ce pays". "Je suis fière d'être basque et française", a-t-elle ajouté.

"Les Français ont compris que ces milliers de sans papiers qui sont aujourd'hui exploités dans les entreprises et qui font grève doivent avoir leurs papiers", a-t-elle ajouté. Elle a également indiqué que le PS devait "défendre une régularisation large des sans-papiers", sur critères, un sujet qui sera abordé mardi au bureau national du PS.

Eric Besson a immédiatement pris la défense du chef de l'Etat : "Il faut avoir beaucoup de bienveillance envers Madame Aubry. En ce moment ce qu'elle dit n'intéresse quasiment personne, même pas dans son parti, même pas à gauche", a déclaré le ministre de l'Immigration sur France 5. "Ce qu'elle dit passe totalement inaperçu et il faut qu'elle en rajoute, qu'elle dise des énormités, des outrances".

Martine Aubry "ferait bien d'éviter de donner des leçons au chef de l'Etat sur un sujet aussi sensible que celui de l'immigration", a, de son côté, réagi le député UMP Yves Jégo, qui a jugé ces propos "insultants". Selon lui, le PS "ferait mieux d'expliquer quelle est sa politique pour réguler l'immigration à moins que la rue de Solferino ne s'apprête à défendre à nouveau les régularisations massives de sans-papiers abandonnées par tous les gouvernements socialistes d'Europe".

Nicolas Sarkozy avait qualifié début novembre de "nécessaire" et "noble" le débat controversé sur l'identité nationale lancé par son ministre de l'Immigration Eric Besson.

Martine Aubry a, par ailleurs, pris position en faveur du mariage et de l'adoption par les homosexuels : "Nous voulons qu'on puisse aimer qui on veut. Nous sommes pour le mariage et l'adoption" par les homosexuels, a-t-elle déclaré sous de vifs applaudissements. "L'Etat ne doit pas nous dire avec qui nous marier" et "qui on doit aimer".