Aubry prend 2010 à bras-le-corps

  • A
  • A
Aubry prend 2010 à bras-le-corps
Partagez sur :

2010 sera, pour le PS, "l'an I de la reconquête", a promis la première secrétaire.

"Edifier le socle sur lequel nous bâtirons l’alternative au sarkozysme" : voilà la tâche qui attend les socialistes en 2010. Martine Aubry, qui a présenté ses vœux à la presse mardi, a présenté clairement le défi : 2010, "année charnière", marquera "l'an I de la reconquête" pour le Parti socialiste.

Déterminée, disponible, souriante... et maquillée, Martine Aubry semble avoir entamé une mue en 2010 :

"Toute l'année 2009, en tous cas jusqu'en septembre, j'entendais des gens qui m'arrêtaient dans la rue et qui me disaient - et ça m'insupportait même si c'était extrêmement gentil- ‘tenez bon, bon courage’! (...) J'avais l'impression que c'était : ‘ma pauvre fille bon courage, tenez bon’". Maintenant, "ils disent c'est ça y est, ça bouge, on a confiance, on est avec vous" et "ils viennent avec nous", a raconté la première secrétaire du PS.

Objectif à court terme : les régionales de mars prochain. L’ambition du PS, qui contrôle déjà 24 des 26 régions françaises, est de les remporter "toutes".

Au-delà, le cap est clairement mis sur 2012 et la préparation de l’échéance présidentielle. Le projet "je ne pense qu'à ça (...) il nous fait repenser un modèle afin de faire en sorte que les valeurs qui ont été les nôtres depuis toujours soient capables de porter un autre modèle que ce modèle libéral qui s'est cru le maître du monde ", a détaillé Martine Aubry.

"J'ai l'impression que les Français se rendent compte que nous frétillons à nouveau", a conclu Martine Aubry. Sans rien dire de ses propres ambitions personnelles mais en se positionnant comme une présidentiable.