Au Havre, Edouard Philippe n'a laissé personne indifférent

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Avant d'être Premier ministre, Édouard Philippe est a été maire du Havre pendant sept ans. Un passage qui n'a laissé indifférent ni ses opposants politiques, ni ses administrés.

REPORTAGE

La nomination du Premier ministre Édouard Philippe est approuvée par près d'un Français sur trois, selon le sondage Harris Interactive-Atlantico publié mardi. Tandis que 11% estiment que c'est une mauvaise chose, une majorité de Français (57%) ne se prononcent pas car elle ne le connaît pas assez. Si Edouard Philippe est inconnu de la plupart des Français, il est très apprécié dans sa ville du Havre, où il a été élu en 2010. De ses opposants politiques locaux, à son premier adjoint en passant par les Havrais, tous dressent un portrait élogieux de leur ancien maire.

Édouard Philippe fait l'anguille. Son premier adversaire politique au Havre l'a vu débarquer en 2002. Édouard Philippe perd alors les législatives mais depuis, le communiste Daniel Paul confesse qu'il n'a plus fait d'erreur. Il est difficile à manoeuvrer d'après ses opposants au Conseil municipal. Nathalie Nail, élue PCF, le qualifie même d'anguille. "Lorsqu'on le pousse dans ses retranchements, il va soit jouer de la dérision soit changer de sujet. C'est aussi une manière pour lui de séduire son auditoire. Il est beaucoup dans l'échange. Après, c'est lui qui a le mot de la fin."

Néanmoins, il reste un homme secret. Dans la plus pure ligne d'Emmanuel Macron, il a prévenu ses collaborateurs de son entrée à Matignon seulement quelques minutes avant l'annonce officielle. Son épouse elle-même n'en aurait été informée que lundi dans la matinée. 

Un homme de droite qui sait arrondir les angles. Décrit comme brutal dans la prise de décision, il sait arrondir les angles au moment de s'expliquer. Agnès Firmin-Le Bodo estime que ça l'aidera à ne pas trahir ses convictions. "Édouard Philippe a répété qu'il était un homme de droite. Je pense qu'on est plutôt dans une nouvelle conception et une nouvelle façon de faire de la politique. C'est ça qui a amené Emmanuel Macron à le choisir comme Premier ministre." 

Entendu sur Europe 1
Nous espérons que la nomination d'Édouard Philippe permettra d'améliorer l'image du Havre auprès des Français

"C'est un maire qui a su donner une nouvelle impulsion". Du côté de ses collaborateurs de la mairie, le son de cloche est tout aussi positif. Son premier adjoint estime qu'il est à la hauteur de sa nouvelle mission. "C'est un travailleur acharné et je crois que c'est quelqu'un de très habité par le sens de l'État", explique Luc Lemonnier. "Et c'est certainement ce qui l'a conduit à se 'décaler' un peu de la ligne unique de sa famille politique justement pour répondre à une situation qui est difficile. Emmanuel Macron a imaginé qu'il pourrait être l'homme de la situation et lui, prend ses responsabilités."

"C'est un maire qui a su donner une nouvelle impulsion en ouvrant cette ville, en la rendant plus populaire, en la rendant presque à la mode, avec l'ambition de la faire grandir et de la faire reconnaître pour ses qualités. Je crois qu'il peut faire ce même travail pour la France. Je crois qu'Édouard Philippe peut participer à ça s'il s'inspire de ce qu'il a fait dans sa ville." 

"Je suis contente, c'est bien". Quant aux habitants du Havre, ils sont, eux aussi, fiers de cette nomination qui était sur toutes les lèvres lundi soir. "Je suis contente, c'est bien", sourit Juliette au micro d'Europe 1, un cappuccino à la main. Elle se félicite de cette promotion et aimerait désormais un coup de projecteur sur sa ville. "Nous espérons que la nomination d'Édouard Philippe permettra d'améliorer l'image du Havre auprès des Français". 

En terrasse, même mine ravie pour Salim. "On a fait le tramway avec lui, j'ai travaillé comme ouvrier. Ça a donné du boulot, ça a modernisé la ville, très, très bien." Il souhaite le meilleur au nouveau Premier ministre et une belle suite de carrière. "Peut-être qu'un jour, il sera président, on ne sait jamais."