Attentat en Isère : le suspect "aurait été en lien avec la mouvance salafiste", déclare Cazeneuve

  • A
  • A
Attentat en Isère : le suspect "aurait été en lien avec la mouvance salafiste", déclare Cazeneuve
@ Capture BFMTV
Partagez sur :

RÉACTION - Selon le ministre de l'Intérieur, l'auteur présumé était connu des services de renseignements, mais ne faisait plus l'objet d'une surveillance particulière depuis 2008.

L'auteur présumé de l'attentat commis vendredi en Isère a été fiché en 2006 par les services de renseignements pour "radicalisation" et était "en lien avec la mouvance salafiste", a annoncé le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve vendredi midi depuis Saint-Quentin-Fallavière, où a eu lieu l'attentat dans la matinée. La fiche n'a pas été renouvelée en 2008, a ajouté le ministre, qui a précisé que l'auteur présumé, Yassin Salhi, âgé de 35 ans, "n'avait aucun casier judiciaire".


Mise à jour le 26/06. L'auteur présumé de l'attentat, Yassin Salhi, n'était pas accompagné d'un complice lors de son attaque, selon les éléments recueillis à ce stade, a indiqué vendredi le procureur de Paris, précisant qu'il avait été suivi par les services de renseignement jusqu'en 2014.

De possibles complices arrêtés et placés en garde à vue. "C'est un individu qui résiderait dans la région lyonnaise, à Saint-Priest", a également indiqué Bernard Cazeneuve. Il "n'était pas connu pour être en lien avec des acteurs du terrorisme". "Des personnes ayant pu participer à ce crime abject ont été mises en garde à vue après avoir été arrêtées", a ajouté le ministre, selon qui d'autres interpellations sont possibles.

La victime '"abjectement décapitée". "Tous les services qui sont sous ma responsabilité sont mobilisés sous l'autorité du parquet antiterorriste de Paris", a assuré Bernard Cazeneuve. Le ministre a eu "une pensée émue pour les victimes de ces actes, pour cette personne innocente qui a été assassinée et abjectement décapitée".

Un risque "à un niveau très élevé". "Depuis des mois, le gouvernement prend toutes les mesures pour assurer la protection des Français face à un risque dont je n'ai cessé de dire, avec le président de la République et le Premier ministre, qu'il demeurait à un niveau très élevé", a ajouté Bernard Cazeneuve, rappelant l'adoption récente de "deux lois renforçant les moyens de l'Etat dans la lutte contre le terrorisme".

>> Europe 1 a pu joindre en exclusivité la compagne de Yassin Salhi, l'homme interpellé vendredi :


Attentat en Isère : la compagne du suspect...par Europe1fr