Attentat de Manchester : "Il ne faut pas reculer face à la menace", estime Christophe Castaner

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement, assure que l'attaque qui a frappé Manchester ne change rien à la situation de la France, déjà mobilisée face au risque terroriste.

INTERVIEW

L'attentat qui a frappé lundi soir le Manchester Arena, faisant au moins 22 morts selon un bilan provisoire, fait cruellement écho à celui du Bataclan qui a ébranlé la France en 2015. Le ministre de l'Intérieur a réuni les services de sécurité et de renseignement dans la matinée de mardi pour faire le point sur l'état de la menace terroriste dans l'hexagone. "Il faut préciser que la France avait déjà un niveau de mise en sécurité élevé, il faut maintenir ce niveau d'exigence et renforcer partout où c'est nécessaire", a déclaré au micro d'Europe Midi Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement. "Nous savons que le risque zéro n'existe pas".

Pas de repli. Pour autant, le gouvernement n'envisage pas, pour l'heure, de procéder à une annulation généralisée des événements culturels et sportifs prévus les prochaines semaines, précise celui qui est aussi secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement. Il plaide davantage pour une analyse de la situation au cas par cas. "Il peut y avoir des alertes particulières qui nous conduisent à annuler tel ou tel événement, mais il ne faut pas reculer face à la menace, se replier sur soi".

"La France ne doit pas, sur ce sujet-là comme sur un autre, céder à une quelconque atteinte à nos libertés", ajoute ce proche d'Emmanuel Macron.

Éradiquer la menace à la source. Pour Christophe Castaner, la lutte contre la menace terroriste doit passer par un renforcement des moyens dont dispose la France – "10.000 postes vont être créés pour renforcer la présence et le renseignement", précise-t-il – mais aussi une plus grande collaboration au niveau international. "Il faut travailler à tous les échelons et le premier échelon c'est le niveau international. Le président, en se rendant au Mali, a voulu aussi marquer cette volonté d'être très présent à l'international, au Sahel et au Levant, là où naît l'organisation terroriste qui peut frapper nos pays", a-t-il rappelé.