Attali votera Hollande

  • A
  • A
Attali votera Hollande
@ EUROPE 1
Partagez sur :

Il estime que le socialiste est le plus capable pour faire des "réformes fondamentales".

Jacques Attali a choisi. L'économiste français, ancien conseiller de François Mitterrand, votera François Hollande en avril prochain lors de l'élection présidentielle. "Mon choix, c'est François Hollande", a affirmé Jacques Attali sur Europe 1.

"Il a répondu assez clairement à un certain nombre de mes questions. J'estime que dans la conjoncture actuelle de la société française, l'important est de réduire de façon juste les déficits, c'est de créer une espérance européenne et de donner une priorité à la jeunesse", a-t-il détaillé pour justifier son choix.

"Mon choix, c'est François Hollande" :

Une décision peu surprenante, au vu de son passé, comme il l'a expliqué par la suite. "Cela correspond surtout à ma trajectoire personnelle, je n'ai jamais autrement voté qu'à gauche", a-t-il rappelé.

"Je n'ai jamais voté autrement qu'à gauche"

Quels points précis l'ont fait choisir le candidat socialiste plutôt que Nicolas Sarkozy ? "Je pense qu'au fond de moi-même, l'intérêt de la République française, de la vision à long terme de la France, c'est l'élection de François Hollande parce qu'il y tellement de réformes fondamentales à faire, et qui doivent être faites de manière juste".

Une manière pour Jacques Attali de dire qu'il ne croit pas l'actuel chef de l'Etat capable de mettre en application ces "réformes fondamentales". "Elles n'ont pas été faites jusqu'à présent et cela prouve qu'il y a peu de chances que Nicolas Sarkozy les fassent", a-t-il encore détaillé.

"Sarkozy a de grandes chances d'être élu"

Jacques Attali a simplement concédé que Nicolas Sarkozy avait adopté une partie des points que l'économiste avait présentés dans la "commission Attali". Il a fait, "disons, la moitié droite, la moitié gauche ne l'étant pas, et en particulier une réforme majeure que nous avions appuyée : la réduction de la dette et du déficit dès 2010. S'il avait adopté cette réforme, décidée unanimement par la commission en 2009, nous n'aurions pas perdu notre triple A et nous ne serions pas dans la situation actuelle", affirme Jacques Attali.

Malgré tout, ce dernier a tenté de se montrer objectif sur l'élection présidentielle. "Je pense que l'élection de François Hollande est loin d'être faite et que Nicolas Sarkozy a de grandes chances d'être élu". Une manière de montrer qu'il n'est pas "opportuniste".