Retrouvez les temps forts de la matinale avec Arnaud Montebourg

  • A
  • A
Retrouvez les temps forts de la matinale avec Arnaud Montebourg
@ Eric Frotier de Bagneux/ Capa Pictures/ Europe 1
Partagez sur :

L’ancien ministre de l’Economie, l’un des favoris de la primaire du PS, était l’invité exceptionnel de la Matinale lundi matin.

L'ESSENTIEL

Il est désormais le nouveau  favori de la primaire PS. Donné vainqueur au second tour pour la première fois face à Manuel Valls dans un sondage, Arnaud Montebourg était l’invité spécial d’Europe 1 lundi matin. Fort de son nouveau statut, l’ancien ministre de l’Economie a évoqué son programme fermement ancré à gauche, et fortement teinté de patriotisme économique, avec une pointe de souverainisme. Il a parlé aussi, forcément, de la concurrence, et pas seulement de celle de la primaire du PS. 

>>> Retrouvez les principales déclarations d’Arnaud Montebourg dans la matinale d’Europe 1 :

  • Dans la Social Room

9h05. La "cause humaine" avant la cause animale. Interrogé sur la souffrance des animaux, Arnaud Montebourg est très clair. Je suis comme beaucoup de Français. Le compagnonnage des animaux est quelque chose que j’affectionne particulièrement. Néanmoins, nous avons à nous préoccuper d’abord de la cause humaine. Sans négliger nos amis, mais nous avons une urgence.

9h02. La primaire, "une première étape" avant l’union des gauches. Interpellé sur le nombre de candidats à gauche et sur le danger qu’elle fait peser sur son camp, Arnaud Montebourg veut y croire. "On peut, devant la responsabilité que nous avons de ne pas laisser le pays au candidat libéral brutal ou à la famille Le Pen, chercher à se réunir. La première étape, c’est la primaire. A partir de la désignation du candidat, nous allons nous tourner vers les autres candidats de gauche pour discuter. Je demande le mandat aux électeurs pour le faire", répond-il. "Peut-être que Jean-Luc Mélenchon va regarder la réalité de la responsabilité que nous avons tous sur les épaules. Je pense qu’il a cela en lui. "

  • Les questions des auditeurs

8h46. L'ex-ministre parle de religion et a un petit message pour François Fillon, qui s'est dit chrétien récemment. "Je ne suis pas baptisé, j’ai cherché pendant 54 ans l’existence de Dieu et ses preuves. Je ne les ai pas rencontrées. Je suis un agnostique. C’est-à-dire que je suis sensible aux mystères de la Création mais qui n’a pas trouvé les chemins de la transcendance", explique-t-il. "Je déconseille à ceux qui ont des convictions religieuses d’en faire un argument politique. Je pense que c’est contraire aux principes de la laïcité dans notre pays."


Arnaud Montebourg : "je suis agnostique"par Europe1fr

8h44. Une baisse de la CSG pour les petits revenus. Interrogé sur les petites retraites, Arnaud Montebourg balaye plus large. "Je propose la baisse de la CSG pour les petits revenus, les petits salaires et les petites retraites. C'est l'équivalent d'un treizième mois. On ne peut pas donner le sentiment que ceux qui travaillent n’aient pas le fruit de leur travail. Nous avons besoin que les Français se remettent à faire des projets et regardent l’avenir avec optimisme", explique-t-il. 

8h42. Sortir du nucléaire ? "Mon ennemi, c’est le carbone". Interrogé sur le nucléaire, Arnaud Montebourg parle d'une autre priorité. "Mon ennemi, c’est le carbone, c’est-à-dire les énergies fossiles. C’est là que sont les risques de dérèglement climatique pour nos propres enfants. Je propose que nous concentrions nos efforts sur le fossile, le pétrole, le gaz et le charbon. Ce qui suppose que nous conservions le nucléaire. Dès lors que nous n’avons pas de problème de sécurité", explique-t-il. "L’objectif, c’est d’abord de fermer les centrales à charbon. L’Allemagne est devenue le premier pollueur d'Europe parce qu'ils ont abandonné le nucléaire et l'ont remplacé par des centrales à charbon."

8h39. Sur l’emploi, il faut "un compromis social historique". Interrogé sur ses solutions pour l’emploi, Arnaud Montebourg plaide pour une grande négociation. "85% des embauches sont faites en CDD. L’entrée sur le marché est uniquement précaire. La demande de sécurité qui existe dans la société doit être entendue. On dit que le marché du travail manque de flexibilité, c’est faux", analyse-t-il. "On ne peut pas tout avoir. Soit on a la possibilité de mettre fin à des contrats de travail, et le CDD ne sert à rien, soit on utilise le CDD et il faut plus de sécurité. Il faut que nous trouvions les conditions d’un compromis social historique entre les salariés et les entrepreneurs. Cette recherche se fera par la discussion, la négociation. "

  • L’interview de Fabien Namias

8h29. "Emmanuel Macron, c'est M. X". Arnaud Montebourg pointe le flou sur le programme d'Emmanuel Macron. "Il y a une demande de nouveauté et de réflexion nouvelle. Je ne suis pas sûr que les propositions d’Emmanuel Macron, que pour l’instant nous ne connaissons pas, soit tout à fait nouvelles", pointe-t-il. "Emmanuel Macron est M. X.  Il dit ‘je ne suis ni droite ni gauche’. C’est quand même assez peu clair. Je ne sais pas ce qu’il veut faire sur la démocratie. Il un projet idéal sur l’Europe, mais qui n’est pas concret. Quelles sont les orientations de M. Macron ?", s'interroge-t-il. 


Pour Montebourg, les propositions de Macron "ne...par Europe1fr

8h27. Les sondages ?"Un encouragement à continuer mon travail". Les bons sondages n'ont pas échappé à Arnaud Montebourg. "C'est un encouragement à continuer mon travail", réagit le candidat. "J’ai commencé cette campagne il y a huit mois, j’ai travaillé avec des centaines des milliers de Français, une grande partie de mon programme est faite avec eux. Donc c’est normal que la rencontre commence à se faire sentir. Je veux continuer ce travail de fond."


Arnaud Montebourg favori de la primaire PS : "c...par Europe1fr

8h25. "Je demande au gouvernement la nationalisation de STX". Concernant les chantiers navals de Saint-Nazaire, Arnaud Montebourg propose une solution radicale. "Je suis pour une alliance entre la France et les Italiens. Mais attention, ce sont des concurrents. Donc nous avons intérêt à construire une alliance qui soit dans notre intérêt. Je propose une nationalisation à 51% de manière à avoir une alliance entre la France et les Italiens. Une nationalisation temporaire", explique-t-il. "Je demande au gouvernement de prendre la décision de monter au capital pour préserver nos intérêts territoriaux, humains et stratégiques." 


STX-France : Montebourg demande à l'Etat de se...par Europe1fr

8h22. "Donnons ses chances" au travail le dimanche. Alors que les nouvelles dispositions concernant le travail du dimanche sont entrées en vigueur, Arnaud Montebourg refuse de condamner en bloc. "Ce qui est intéressant, c’est que ça n’est pas généralisé, et ce sont les contreparties, le point d’équilibre entre l’intérêt des entreprises et celui des salariés. Je propose qu’on en rediscute, qu’on tire les leçons de cette loi. Donnons les chances à cette loi, regardons ce qu’elle produit et réévaluons le dispositif, si c’est nécessaire", propose le candidat.


Montebourg sur le Travail dominical : "Donnons...par Europe1fr