Après "Hé oh la gauche", les Hollandais lancent "Notre idée de la France"

  • A
  • A
Après "Hé oh la gauche", les Hollandais lancent "Notre idée de la France"
Une vingtaine de ministres avait participé au lancement de "Hé oh la gauche", en avril dernier.@ Geoffroy Van der Hasselt / AFP
Partagez sur :

Après "Hé oh la gauche", les Hollandais s'apprêtent à lancer "Notre idée de la France" avec le même objectif : défendre le bilan du quinquennat et se mobiliser en vue de la présidentielle de 2017.

Les soutiens de François Hollande vont lancer une nouvelle initiative, un site intitulé "Notre idée de la France", pour accentuer l'offensive contre la droite, a annoncé mardi Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement.

Un site lancé "dans quelques jours". Cinq mois après le lancement, le 25 avril, du mouvement "Hé oh la gauche", l'ex-directeur de campagne de François Hollande en 2012, Stéphane Le Foll, veut en ouvrant ce site, lancé "dans quelques jours", remobiliser sous une autre forme tous ceux qui souhaitent une nouvelle candidature du chef de l'Etat en 2017.

Trois angles d'attaque. Cette remobilisation passe par trois angles d'attaque : défendre l'action du gouvernement, le bilan du quinquennat, dénoncer "les mesures rétrogrades de la droite", construire l'avenir non pas autour d'une identité mais de "Notre idée de la France". Un thème que François Hollande avait lui-même rôdé le 8 septembre dans son discours salle Wagram. "La France est bien plus qu'une identité, c'est une idée, c'est un projet, c'est une ambition, qui fait de la France un pays singulier, regardé, espéré dans le monde. C'est cette idée, l'idée de la France, qui doit nous mobiliser et que nous devons porter", avait-il lancé dans une intervention aux allures de précampagne électorale.

Alors que le chef de l'État stagne au plus bas dans les sondages, affaibli par les divisions de sa majorité, le ministre de l'Agriculture sonne la charge, appelle les socialistes à se mettre de toute urgence en ordre de bataille pour 2017 : "Il faut se battre sur le terrain contre la droite, valoriser l'action du gouvernement, le bilan du quinquennat, être beaucoup plus cohérents entre nous", affirme-t-il, déterminé pour sa part à multiplier les déplacements.