Après Aubry, Désir prend l’intérim

  • A
  • A
Après Aubry, Désir prend l’intérim
@ Maxppp
Partagez sur :

Le numéro 2 du PS Harlem Désir devient premier secrétaire par intérim du Parti socialiste.

En se portant candidate à la primaire socialiste, Martine Aubry a laissé sa place vacante. Au moins jusqu’à la primaire, dont le deuxième tour doit se dérouler le 16 octobre. Et c’est le numéro 2 du PS, Harlem Désir, qui a annoncé jeudi, à l'issue du conseil politique du parti, qu'il endossait le costume de premier secrétaire délégué, en remplacement de la patronne de la rue de Solferino.

"Un peu d’émotion et beaucoup de travail"

"J'assume l'intérim pendant le temps de la primaire. Je suis fier de la confiance que m'a accordée Martine Aubry ainsi que les principaux dirigeants du Parti socialiste et tous les candidats à la primaire", a déclaré le numéro 2 du parti devant la presse.

"Il y a un eu un peu d'émotion et beaucoup de travail devant moi", a-t-il ajouté, avant de donner ses premières exigences : "je veux des primaires exemplaires qui nous permettent d'avoir un très beau débat citoyen". Et l'eurodéputé d’indiquer qu'il assurerait sa mission "avec détermination et humilité au service de tous les militants socialistes et du succès de la gauche en 2012".

"Je soutiens tous les socialistes"

Surtout, Harlem Désir, fidèle soutien de Martine Aubry, doit assumer la délicate tâche de représenter tous les candidats et toutes les sensibilités du parti. A peine nommé, il s’y est déjà engagé. "Je soutiens évidemment tous les socialistes pour que nous réussissions ce grand rendez-vous citoyen que sont les primaires".

"Tous les responsables du parti vont continuer à assurer leurs fonctions, à être à leur poste", a-t-il assuré et en particulier "Benoît Hamon, notre porte-parole, dont nous avons un besoin précieux pendant cette période".

En plus de prendre les rênes du parti, Harlem Désir présidera aussi le Comité national d'organisation des primaires. Mais le numéro 2 doit encore convaincre de sa légitimité face aux autres poids lourds de la machine socialiste.