Apparu sur les Républicains : "Je ne pense pas que ce week-end sera celui des Tontons flingueurs"

  • A
  • A
Apparu sur les Républicains : "Je ne pense pas que ce week-end sera celui des Tontons flingueurs"
Benoist Apparu.
Partagez sur :

Benoist Apparu sera présent samedi au conseil national qui doit définir la ligne politique des Républicains. 

INTERVIEW

Les Républicains se réunissent samedi et dimanche en conseil national à l'appel de Nicolas Sarkozy, président du parti. L'objectif de cette réunion du weekend : définir la ligne politique du parti. Pour l'occasion, le député et ancien ministre Benoist Apparu, proche d'Alain Juppé, était l'invité d'Europe 1 samedi matin.

Pour l'ambiance générale du rendez-vous, Benoist Apparu espère du calme. "Je ne pense que ce weekend sera celui des Tontons flingueurs. Nicolas Sarkozy a souhaité ce conseil national après les régionales parce qu'il y avait des interrogations sur la ligne politique que nous devions suivre, un peu plus ou un peu moins à droite. Ce week-end est censé définir cette ligne. On verra en fonction des débats. Je pense que nous avons l'intelligence suffisante pour comprendre que ce qui intéresse avant tout les Français, ce ne sont pas nos divisions mais leurs problèmes."

Absents. Pourtant, il est déjà annoncé qu'aucune des figures du parti, Alain Juppé, Laurent Wauquiez ou Benoist Apparu lui-même ne seront présents pour écouter le discours de clôture de Nicolas Sarkozy. Faut-il y voir un signe de la discorde et l'illustration de la faible portée de la voix de l'ancien président ? "Il y a ici une contradiction. Si les Tontons ne sont pas là, ils ne flingueront pas", pirouette Benoist Apparu. 

L'enjeu des primaires. Quant à l'utilité de ce conseil, le député laisse entendre qu'il y a plus important. "Les primaires, ça change lourdement les institutions françaises. Ce n'est pas juste une élection interne ouverte pour définir qui sera le candidat. Les primaires ont déporté la réalité institutionnelle. La ligne politique sera définie par les primaires et pas par le parti politique."