Elections régionales 2015 : Philippot et le FN largement en tête en Alsace - Champagne-Ardennes - Lorraine

  • A
  • A
Elections régionales 2015 : Philippot et le FN largement en tête en Alsace - Champagne-Ardennes - Lorraine
@ AFP/PATRICK KOVARIK
Partagez sur :

Le FN arrive largement en tête du premier tour, devant la droite et le PS.

La liste du Front National, menée par Florian Philippot, arrive largement en tête du premier tour en Alsace - Champagne-Ardennes - Lorraine, avec un score de 36,06%. La liste de Philippe Richert (LR-UDI-MoDem), actuel président du Conseil régional d’Alsace - seule région dirigée par la droite - est décrochée avec 25,83% des suffrages. La liste menée par l’actuel président du Conseil régional de Lorraine Jean-Pierre Masseret (PS-PRG) est largement distancée en troisième position, avec 16,11% des voix. 

>>Retrouvez les résultats des élections régionales

Des résultats "historiques" pour Florian Philippot. Peu après l'annonce des résultats, Florian Philippot s'est dit "doublement satisfait" des résultats "historiques" du Front National, au micro d'Europe 1. Le vice-président du parti appelle à continuer cette dynamique pour le second tour : "Cette dynamique il va falloir la conforter, il va falloir l'amplifier pour le vrai changement". Florian Philippot a également ajouté, en direction des électeurs : "On va leur faire croire que ça sera la catastrophe dans les régions Front, mais vous ne les croirez plus parce qu'ils ont fait le même coup aux municipales en 2014, et on voit que cela se passe très bien dans les villes Front national".

Le PS écarte tout retrait. En parallèle, Jean-Pierre Masseret, le candidat PS, a écarté tout retrait et toute fusion au second tour. "Je maintiens ma position, il n'est pas question qu'il n'y ait pas d'élus de gauche" dans la future assemblée régionale, a-t-il déclaré, peu après 20 heures à son QG de Maizières-lès-Metz, avant d'ajouter : "Pas de retrait et pas de fusion qui n'aurait aucun sens". La déroute de la gauche s’explique par les fortes réticences des habitants de cette nouvelle région à la réforme territoriale. Les Alsaciens notamment ont manifesté à plusieurs reprises contre la fusion de ces trois régions du Grand Est formant un immense territoire de 5,5 millions d’habitants. 

>> Analyse, décryptage, interviews, suivez l'édition spéciale d'Europe 1, de 18h à 23h :


Europe 1 Livepar Europe1fr