Alain Juppé tacle à son tour Claude Allègre

  • A
  • A
Alain Juppé tacle à son tour Claude Allègre
Partagez sur :

L’éventuelle entrée au gouvernement de Claude Allègre continue de provoquer des réactions hostiles. Alain Juppé a ainsi parlé lundi de "contre-signal formidable".

Après l’opposition et les écologistes, c’est un ténor de la majorité qui est passée à l’offensive mardi : Alain Juppé a déclaré lundi sur France Bleu Gironde que la nomination de Claude Allègre, au ministère de l’Industrie selon certaines rumeurs, constituerait un "contre-signal formidable". "La personne de M. Allègre n'est pas en cause […] mais ses thèses sont bien connues : pour lui le réchauffement climatique n'est pas dû à l'activité humaine. Il est quasiment le seul à penser cela", a expliqué le maire de Bordeaux.

Nicolas Hulot a parlé de son côté de "bras d'honneur" aux scientifiques. "Ce serait un signal tragique six mois avant la conférence de Copenhague" où la communauté internationale doit s'entendre sur une nouvelle convention sur le changement climatique succédant au protocole de Kyoto, avait indiqué l’écologiste, interrogé par leJournal du Dimanche. L’eurodéputé vert Daniel Cohn-Bendit a parlé de décision "baroque", Yannick Jadot, l'une des têtes de listes d'Europe Ecologie, d'"insulte".

L’arrivée de Claude Allègre dans un ministère n’est pas confirmée officiellement. Luc Chatel a assuré lundi sur Europe 1que la décision n’était "pas prise". Mais "l'ouverture, ça doit continuer", a précisé le porte-parole du gouvernement.