Alain Juppé : "La France est diverse, je n’en démordrai pas !"

  • A
  • A
Partagez sur :

À l'occasion de son passage dimanche au Grand Rendez-vous d'Europe 1/Les Echos/I-télé, Alain Juppé, candidat à la primaire de la droite et du centre est revenu sur le concept d"'identité heureuse", largement critiqué par Nicolas Sarkozy.

INTERVIEW

Alain Juppé a largement défendu ces derniers mois le concept d’une "identité heureuse", sur lequel il est largement revenu dimanche, à l’occasion de son passage au Grand Rendez-vous d’Europe 1/Les Echos/I-télé. "Je veux faire lever une espérance et c'est ça que j'entends par identité heureuse, et je vais enfoncer le clou", a-t-il lancé.

Harmonie entre diversité et unité. "Le chômage abîme l’identité française, les Français se demandent ce que va devenir la France demain. Elle est en souffrance sociale parce que le chômage ne se résorbe pas, elle est en souffrance politique par ce qu’il y a un discrédit profond du pouvoir en place, elle aussi en souffrance morale parce qu’elle cherche ses repères", a notamment détaillé le maire de Bordeaux. "L’identité de la France c’est quoi ?", interroge-t-il. "C’est l’harmonie entre sa diversité et son unité. La France est diverse, je n’en démordrai pas !"

Les critiques de l'ex-président. De son côté, Nicolas Sarkozy a largement fustigé dans son livre, Tout pour la France, la vision défendue par le maire de Bordeaux : "Je veux affirmer qu'il n'y a pas d'identité heureuse tant qu'on ne réaffirme pas que l'identité de la France est toujours plus importante que les identités particulières. Il n'y a pas d'identité heureuse quand des milliers de Français nés en France, élevés en France en viennent à haïr à ce point leur patrie. Il n'y a pas d'identité heureuse lorsque les règles de la République sont à ce point bafouées. Il n'y a pas d'identité heureuse lorsqu'on accepte des accommodements 'raisonnables' par souci prétendu d'apaisement", écrit-il.

Entendu sur Europe 1
L’identité heureuse, c’est retrouver le bonheur d’être Français !
Alain Juppé

"Non au communautarisme". "Tous ceux qui nous disent 'on va assimiler tout le monde' nous raconte des … ", a tranché Alain Juppé, sans aller au bout de sa phrase. Pour le candidat à la primaire de la droite et du centre, la "diversité" est bel et bien une composante essentielle de l’identité Française. "Diverse, ça veut dire que nous n’avons pas tous les mêmes origines, que nous n’avons pas tous la même couleur de peau, que nous n'avons pas tous la même religion, et ça, ça se respecte ! […]", détaille le responsable politique. "C’est une force et une richesse à deux conditions […] : non au communautarisme […], et renforcer ce qui nous unit."

Des racines judéo-chrétiennes. Alain Juppé a tenu cependant à évoquer "les héritages du passé", dont les "racines judéo-chrétiennes de la France". "Ça fait partie de cette identité, même pour les nouveaux venus, qui doivent savoir que la France a été chrétienne." "L’identité heureuse, c’est retrouver le bonheur d’être Français !", conclut celui qui veut faire de ce concept "le fer de lance de son projet" politique.