Affaire Woerth : "une série d’amalgames"

  • A
  • A
Affaire Woerth : "une série d’amalgames"
@ Europe 1
Partagez sur :

Le président de l’Assemblée nationale a regretté la suspicion qui entoure le ministre du Travail.

"Une série d’amalgames assez préoccupants". Tel est le constat dressé par le président de l’Assemblée nationale Bernard Accoyer sur la polémique touchant Eric Woerth. Le ministre du Travail est confronté à des accusations de conflit d'intérêts dans l'affaire Bettencourt au moment où il était en charge du Budget. "Nous sommes en train de déraper" a-t-il regretté, jeudi sur Europe 1, soulignant "l’ honnêteté d’Eric Woerth". "Un garçon d'une rigueur extraordinaire (...) il vit modestement, il aime la montagne et la varappe".

Des dérapages inacceptables

Interrogé sur les récentes polémiques touchant deux secrétaires d’Etat, Rama Yade avec les révélations du Canard enchaîné sur sa réservation d’hôtel plus cher que celle des Bleus et Christian Blanc et ses 12.000 d’euros de cigares, Bernard Accoyer a reconnu des dérapages inacceptables, estimant cependant qu’il y en avait moins qu’avant.

Les retraites et la gauche

En cette journée de mobilisation contre les retraites, le président de l’Assemblée nationale a assuré que le gouvernement était complètement mobilisé sur la réforme des retraites lançant au passage une pique sur la gauche qui "a refusé de réformer" et a brusquement réduit en 1983 le passage de l’âge légal de départ à la retraite de 65 à 60 ans". "Ce sont toujours les gouvernements du centre et de droite qui ont réformé quand il le fallait", s’est emporté le président de l’Assemblée nationale.