Affaire Bygmalion : la pression monte sur Copé

  • A
  • A
Affaire Bygmalion : la pression monte sur Copé
@ MaxPPP
Partagez sur :

Personne à l'UMP ne veut pour l'instant "flinguer" Jean-François Copé. Mais les ténors de l'UMP attendent que la justice "éclaircisse" l'affaire.

La justice s'en mêle. L'affaire Bygmalion continue d'empoissonner l'UMP. Jean-François Copé, mis en cause par plusieurs médias sur un supposé favoritisme au détriment de son parti, a promis de "dire exactement ce qu'il en est" après les élections européennes. Peut-être dès lundi puisque trois élus UMP sont convoqués ce jour en tant que témoins dans le cadre d'une enquête préliminaire du parquet de Nanterre : les députés Pierre Lellouche, Arnaud Robinet et Dominique Dord, l'ancien trésorier de l'UMP, un proche de François Fillon, qui avait démissionné avec fracas de la direction du parti en novembre 2012, en pleine guerre interne à l'UMP.

Eviter le grand déballage. "Si le député-maire de Meaux est clairement fragilisé, personne à l'UMP ne veut, pour l'instant, le déboulonner "au risque de se traîner le boulet de la division", souligne un baron du parti. Contactés par Europe 1, plusieurs dirigeants de la rue de Vaugirard préfèrent garder le silence. Prétexte politique avancé : on ne flingue pas avant les élections européennes, qui ont lieu dimanche.

debre

"A la justice d'éclaircir tout ça". De toute façon, si le parti ne veut pas se livrer au sale boulot de purge, la justice, elle, s'en chargera. "Je demande des comptes à l'équipe dirigeante. Est-ce que Jean-François Copé était au courant ? Il dit que non. C'est à la justice d'éclaicir tout ça", affirme à Europe 1 le député UMP Bernard Debré. Et l'élu de Paris prévient : "Il ne faudra pas mollir dans les sanctions, je ne peux pas accepter qu'il y ait une suspicion et qu'on masque ou qu'on tripatouille".

"Cela risque bien d'être la chute de Copé". Mais quel que soit son degré de responsabilité en tant que président du parti, "cette fois, c'ela risque bien d'être la chute pour Jean-François Copé", tranche un poids lourd de l'UMP. La question est juste de savoir s'il entraîne Nicolas Sarkozy dans sa chute dans l'hypothèse où des surfacturations auraient servi à financer sa campagne présidentielle.

sujet_scalewidth_460

LA DÉCLARATION - Pour un élu UMP, Copé fait "du tort" au parti

RÉACTIONS - Affaire Bygmalion : l’UMP peine à garder le silence

EMBARRASSANT - Affaire Bygmalion : facture salée pour l’UMP

ZOOM - Une du Point : ce qu'on sait sur "l'affaire Copé"

JUSTICE - Affaire Copé : une enquête préliminaire ouverte

LE LAB - "Tout le monde savait", assure Lionel Tardy, député UMP, sur les accusations du Point