Affaire Bygmalion : "chaque faiblesse est une faute", dit Hollande

  • A
  • A
Affaire Bygmalion : "chaque faiblesse est une faute", dit Hollande
@ Reuters
Partagez sur :

LA RÉACTION - François Hollande a commenté pour la première fois mardi l'affaire qui secoue l'UMP.

Sa première réaction. Le président François Hollande a affirmé mardi à propos de l'affaire de fausses factures Bygmalion qui frappe l'UMP que face à l'extrême droite, "toute faiblesse devient une faute". "Quand il y a une extrême droite qui peut tout se permettre, toute faiblesse devient une faute", a déclaré M. Hollande à l'issue d'un sommet européen à Bruxelles. "Si tous les partis ne sont pas intraitables par rapport à ces questions là, c'est la démocratie qui peut s'en trouver affectée, infectée même", a-t-il ajouté.

"Le rôle du président de la République dans ces moments-là, dans cette situation, ce n'est pas de s'inviter dans la vie des partis politiques, c'est de fixer les règles, de faire respecter la loi", a-t-il souligné. "Depuis deux ans, j'ai mis les questions de transparence au coeur des décisions, et quand il y a eu un certain nombre d'affaires il n'y a pas eu de temps perdu pour les régler", a-t-il fait valoir.


sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460 (1)

INTERVIEW E1 - Karoutchi : "c'était un peu 'meurtre dans un parking'"

SÉRIE - Les épisodes d'une tragédie politique
 
 QUESTION - Comment le financement de la campagne a dérapé
 
RETOUR SUR - Cette enquête qui a manqué de moyens

INFO POL - Bygmalion : "Nicolas Sarkozy est consterné"