Affaire Bongo : Pasqua vole au secours de Chirac

  • A
  • A
Affaire Bongo : Pasqua vole au secours de Chirac
Partagez sur :

L'ancien ministre de l'Intérieur a estimé, mardi, que les propos de VGE sur le financement de la campagne de Jacques Chirac en 1981, relevaient de la "vieillesse".

L'ancien ministre de l'Intérieur, Charles Pasqua a déclaré mardi n'avoir "jamais entendu" que le président gabonais Omar Bongo ait aidé "financièrement tel ou tel" dans la classe politique française. "Ceux qui ont des informations de ce type, je les invite à mettre les chiffres sur la table", a-t-il dit.

L'ancien président de la République Giscard d'Estaing avait affirmé dans la matinée que le président du Gabon Omar Bongo, dont le décès avait été annoncé lundi, avait soutenu "financièrement" Jacques Chirac pendant la campagne présidentielle de 1981.

"Comment est-ce qu'il peut dire ça?", s'est indigné l'ancien ministre de Jacques Chirac, sur Europe 1. "Quand on a la stature de Monsieur Giscard d'Estaing, on ne doit pas se laisser aller à tenir ce genre de propos qui relève de la basse insinuation, de la calomnie", a-t-il ajouté.

Pour Charles Pasqua, interrogé mardi par Jérome Chapuis, les accusations de VGE sont "invraisemblables" :

"Omar Bongo était un vieux sage. Alors imaginer que Bongo ait dit à Giscard "j'ai financé la campagne de Chirac" c'est vraiment nous prendre tous pour des imbéciles. Ce serait minable!" a déclaré l'ancien premier ministre. A la question de savoir si les déclarations de Valéry Giscard d'Estaing relevaient de la "diffamation", Charles Pasqua a répondu : "Ca relève un peu... comment dirais-je... je veux pas être méchant non plus c'est pas dans ma nature... ça relève plutôt de la vieillesse".