Accusé de fraude fiscale, un maire LR démissionne avant son procès

  • A
  • A
Accusé de fraude fiscale, un maire LR démissionne avant son procès
L'élu est poursuivi pour avoir omis de déclarer ses impôts cinq ans de suite.@ THIERRY ZOCCOLAN / AFP
Partagez sur :

Michel Meïni a reconnu les faits et remboursé les sommes dues. Il conteste cependant la privation de ses droits civils et une peine inéligibilité.

Le maire LR du village de La Gaude, près de Nice, poursuivi pour avoir omis de déclarer ses impôts cinq ans de suite, a annoncé sa démission après neuf ans de mandat, à quelques semaines de son procès, dans une lettre au préfet rendue publique mardi.

"Phobie administrative." Michel Meïni, qui aurait dû comparaître le 22 février, mais qui avait demandé un renvoi de l'affaire faute d'avocat, se voit reprocher une fraude fiscale qu'il a reconnue tout en expliquant avoir souffert de difficultés personnelles, ainsi que d'une "phobie administrative", à l'instar de l'éphémère secrétaire d'État Thomas Thévenoud (ex-PS). L'élu doit comparaître le 26 avril à Grasse.

Un "besoin de sérénité". "Je démissionne pour permettre à La Gaude d'avoir toute la latitude nécessaire dans le combat qu'elle va avoir à mener. Avoir cette problématique peut gêner nos actions futures, il faut savoir s'effacer, c'est juste du bon sens", a déclaré à France Bleu Azur Michel Meïni, qui est aussi vice-président de la métropole Nice Côte d'Azur. "La Gaude a besoin de sérénité pour mener tout un tas de combats. La meilleure façon est de ne pas gêner. Quand on dit qu'on aime sa commune, il faut le montrer par des actes simples."

L'élu a remboursé les sommes dues, mais il conteste un reliquat encore exigé par le fisc et risque une lourde amende, la privation de ses droits civils et politiques ainsi qu'une peine d'inéligibilité. Son adjointe à l'Éducation, Vanessa Siegel, doit lui succéder.