A Sablé-sur-Sarthe, les anti-Fillon peinent à mobiliser

  • A
  • A
A Sablé-sur-Sarthe, les anti-Fillon peinent à mobiliser
@ JOEL SAGET / AFP
Partagez sur :

C'est à Sablé-sur-Sarthe, ville tranquille de 12.000 habitants, que le candidat Les Républicains a réalisé son plus gros score lors de la primaire de la droite: 92% des voix au premier tour, 96% au second.

Une quinzaine de personnes ont manifesté samedi après-midi à Sablé-sur-Sarthe, le fief sarthois de François Fillon, pour demander à leur ancien maire de retirer sa candidature à la présidentielle. L'appel à ce "rassemblement citoyen" avait été lancé en début de semaine par Didier Hutin, un agent d'assurances désappointé par les révélations du "Penelopegate". Il s'en est expliqué samedi matin sur l'antenne d'Europe 1.

"J'espérais un peu plus de réaction civique des gens de Sablé". Mais sur la place de la République, samedi après-midi, seulement une quinzaine d'habitants avaient répondu à l'appel de M. Hutin, "déçu du peu de participation des Saboliens". "J'espérais un peu plus de réaction civique des gens de Sablé", a-t-il dit, tout en n'étant "qu'en partie surpris". Car "à Sablé, depuis 30 ans, s'opposer à François Fillon, ça n'a jamais été facile". Pour les Saboliens, selon lui, "François Fillon reste le candidat par défaut. C'est en plus l'enfant du pays. Ils sont prêts, comme tout parent vis-à-vis d'un enfant, à tout lui pardonner".

"Y'a pas besoin de 50 juges pendant 200 jours pour savoir ce qui s'est passé". Loin d'être un partisan de Fillon, Hutin était pourtant, il y a quelques semaines, "prêt à donner (s)on bulletin de vote" au candidat de la droite, "car il avait défendu une partie de sa campagne sur sa probité, sur son honnêteté", or "c'est tout le contraire qu'on a découvert". Jean-Pierre, l'un des manifestants, s'attendait à ce qu'il y ait "des centaines de personnes" à exprimer leur déception samedi à Sablé. Car, pour lui, ce qu'on reproche à Fillon, "c'est des trucs nets, factuels, sans bavure, y'a pas besoin de 50 juges pendant 200 jours pour savoir ce qui s'est passé".