"Agenda ultra rempli", "téléphone jamais débranché" : ce qui attend les nouveaux ministres

  • A
  • A
"Agenda ultra rempli", "téléphone jamais débranché" : ce qui attend les nouveaux ministres
Le premier gouvernement du Premier ministre Edouard Philippe a été dévoilé mercredi après-midi. Il est composé de 22 membres dont 18 ministres et quatre secrétaires d'Etat.
Partagez sur :

Le premier gouvernement du quinquennat Macron a été dévoilé mercredi après-midi. Qu'est-ce qui attend les nouveaux ministres au quotidien ?

Le premier gouvernement du Premier ministre Edouard Philippe a été dévoilé mercredi après-midi. Il est composé de 22 membres dont 18 ministres et quatre secrétaires d'Etat. Mais à quoi ressemble la vie et le quotidien d'un ministre ?

Que font-ils ?

Un ministre est nommé par décret présidentiel, contresigné par le Premier ministre. Il est en charge d’un secteur donné et est chargé de l’application des lois concernant son secteur. Dans la pratique, il gère en permanence de nombreux dossiers, aidé de son chef de cabinet et de ses collaborateurs.

Contactée par Europe1.fr, Marisol Touraine, ministre de la Santé tout au long du quinquennat de François Hollande, raconte une journée type :

"Ce sont des agendas ultra remplis"

"La vie de ministre ça n’est pas simplement une expression : ce sont des agendas ultra remplis, des journées qui commencent souvent tôt, vers 7h30, et peuvent se poursuivre assez tard, jusqu’à minuit en période de croisière, ou vers 22h sinon, mais c’est sans compter les périodes de crise", détaille-t-elle. La vie de ministre est aussi rythmée par des textes au Parlement. Marisol Touraine évoque "des textes budgétaires tous les ans, des grandes lois, et à ce moment-là c’est ‘non-stop’ puisqu’il y a les séances de nuit."

"Et si ça ne vous mène pas trop loin dans la nuit, vous avez en rentrant des coups de fil, souvent avec Matignon ou parfois avec l’Elysée, de la part des conseillers en charge des domaines que vous portez : vous n’êtes pas un électron libre, vous êtes un maillon de l’ensemble", abonde, en écho, Marie-Anne Montchamp, ancienne Secrétaire d’Etat chargée personnes handicapées dans le troisième gouvernement Raffarin, puis secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale dans le troisième gouvernement Fillon.

"Votre téléphone n'est jamais débranché" 

"La vraie contrainte c’est que votre téléphone n’est jamais débranché, jour et nuit", relève Marisol Touraine. Et il s’avère finalement difficile de chiffrer le nombre d’heures travaillées : "Je sais que c’est énorme, mais je ne l’ai jamais calculé", nous confie Marie-Anne Montchamp, qui a rejoint En marche! En mars dernier. 

Avec qui travaillent-ils ?

Chaque ministère comprend un directeur de cabinet, un chef de cabinet, des collaborateurs, et des conseillers. "Le directeur de cabinet du ministre a une fonction essentielle : il filtre tout", affirme Marisol Touraine. "Il travaille énormément avec l’équipe, nous avions droit à 15 collaborateurs, ça a l’air beaucoup mais ça ne l'est pas pour suivre tous les dossiers."

Chaque Premier ministre d’un nouveau gouvernement fixe en effet le nombre de collaborateurs des ministères. "C’est très variable, cela peut aller de 10 à 15. Mais en général cela peut bouger et ce n’est pas suivi. Jusqu’à présent aucun Premier ministre n’a réussi à maintenir la ligne jusqu'au bout", nous indique le député PS René Dosière, spécialiste des dépenses de l’Etat.

Logements de fonction pour certains ministres. Certains ministres, dont le ministère dispose d’un logement de fonction, peuvent y habiter (Intérieur, Défense, Justice…), mais pour les autres, la prise en charge jusqu’ici à la charge de l’Etat n’existe plus, et ils doivent prendre en charge leur logement. Enfin, qu’il s’agisse ou non d’un logement de fonction, les ministres doivent s’acquitter de leur taxe d’habitation.

Frais professionnels. Chaque ministère dispose d’un volume de frais d’emploi (repas, déplacements, etc), dont le plafond est fixé par le Premier ministre. Ce dernier est variable selon chaque ministère : "Pour Matignon, qui reçoit beaucoup, ces dépenses avoisinent les deux millions d’euros par an, mais les autres n’atteignent pas du tout cette somme-là", indique René Dosière.

Déplacements. Les ministres disposent de voitures de fonction, pour eux-mêmes et leurs collaborateurs, mais leur nombre varie en fonction de chaque ministère : "Le ministère de l’Intérieur est celui qui dispose du plus grand nombre de voitures", indique le député PS.  

Les ministres disposent également d’avantages : un accès gratuit au réseau SNCF en première classe, ou encore un quota de déplacements en avion. "La plupart des ministres de François Hollande se sont moins déplacés en avion et ont privilégié le train", remarque René Dosière, évoquant des économies réalisées durant cette mandature.

Combien gagnent-ils ?

François Hollande a diminué la rémunération du président et des ministres de 30% en 2012, comme il l’avait promis lors de sa campagne. La rémunération du Premier ministre est donc passée en net de 18.276 euros à 12.696 euros, et celle des ministres de 14.200 euros à 9.940 euros. 

"Depuis 1er janvier 2017 les ministres sont imposés sur la totalité de leur rémunération", nous indique le député PS René Dosière, spécialiste des dépenses de l’Etat. Cela fait suite à un amendement déposé par le député PS dans la Loi de finances : ils étaient auparavant imposés sur 75% de leurs revenus.

Et après ? Quand ils ne sont plus ministres, leurs revenus continuent de leur être versés pendant trois mois maximum, à condition de ne pas avoir retrouvé de travail. Cela ne vaut pas pour ceux qui étaient députés avant leur prise de fonction et qui retrouvent leur rémunération de député en quittant le ministère.