A Marseille, les élus PS s’inquiètent

  • A
  • A
A Marseille, les élus PS s’inquiètent
@ MAX PPP
Partagez sur :

Les affres judiciaires des figures locales pourraient compliquer la tâche du PS aux municipales.

Le contexte. Le PS marseillais est embourbé dans une série d’affaires qui touchent plusieurs de ses représentants. Depuis lundi, la députée Sylvie Andrieu est jugée pour détournement de fonds. Mardi matin, c’est le patron du conseil général des Bouches du Rhône, Jean-Noël Guérini, qui a été mis en examen pour détournement de fonds publics dans une affaire de licenciement.

>> LIRE AUSSI : Ce qui est reproché à Sylvie Andrieux

Cette fois, c’est une enveloppe de 60.000 euros qui intéresse la justice. Officiellement, il s’agit d’indemnités de licenciement versées par l’ancien président du conseil général des Bouches du Rhône à son ancien directeur de cabinet. Officieusement, on parle de "petits arrangements entre amis."

Des élus inquiets pour 2014. A Marseille, les socialistes rêvent tout haut d’arracher la mairie à la droite lors des prochaines élections de 2014. Un élu socialiste marseillais, qui préfère rester anonyme, s’inquiète pourtant pour l’avenir. "Il va falloir poser la question de l’éthique en politique dans cette ville, ce n’est plus possible. Et si le PS veut gagner, en ayant ces affaires sur le dos, c’est mal parti… Toutes ces histoires ne sentent pas bon pour le Parti socialiste et les magouilles font le vivier du Front national". Un FN qui engrange en effet des points et pourrait en engranger d’autres encore avec la possible mise en examen, mardi, de celui qui est désormais à la tête de la fédération socialiste des Bouches du Rhône, Jean-Daniel Ciot.

Nathalie Pigamo

Un PS local sclérosé. Elle a tenté, sans succès, de se faire élire à la direction de la Fédération socialiste marseillaise après que Jean-Noël Guérini ait été poussé vers la sortie par les instances dirigeantes du parti. Depuis, Nathalie Pigamo, conseillère municipale de Marseille, ne décolère pas et dénonce au micro d’Europe 1 une fédération qui "ne fonctionne plus". "Il n’y a plus d’équipe, plus de réunion, plus de débat. Il ne se passe plus rien. On devrait bouillonner, être en train d’écrire notre projet. Je garde espoir pour 2014 mais en tout cas ça ne se fera pas grâce à l’appareil socialiste." Et si les sondages donnent pour le moment le PS gagnant pour les prochaines municipales, certains militants l’affirment : "avec toutes ces affaires, on marche sur des œufs."