À l'Assemblée nationale, les députés attendent les vacances avec impatience

  • A
  • A
À l'Assemblée nationale, les députés attendent les vacances avec impatience
L'Assemblée nationale a connu une première session parlementaire très intense.@ CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Partagez sur :

L'année électorale a été chargée et les élus de l'Assemblée attendent désormais de prendre un peu de repos.

REPORTAGE

Après une année électorale particulièrement chargée et des premiers débats houleux sur le projet de loi de moralisation de la vie politique, le constat est unanime : les députés ont besoin de vacances.

"Un rythme effréné". Dans le tourbillon des dernières semaines, Pascale Boyer, député novice REM des Hautes-Alpes, vient de découvrir Paris, l’Assemblée nationale, les heures passées en commissions, les séances de nuit forcément agitées, le tortueux règlement de l’Assemblée… "Il n’y a aucun temps mort", nous confie-t-elle. "C’est un rythme effréné. Il y a eu quelques soucis d’organisation au niveau des bureaux, donc on était un peu en errance dans l’Assemblée et même dans Paris. Comme je le dis dans ma circonscription, j’étais une SDF parisienne. Moi la première, je suis extrêmement fatiguée."  

Aucune transition après les élections. La fatigue n’a pas de couleur politique. Adrien Quatennens, jeune élu de La France insoumise (LFI), termine aussi sur les rotules. Il regrette le calendrier parlementaire accéléré imposé par la majorité. "D’abord, il n’y a pas eu de transition entre la campagne et l’installation, ce qui fait que tout le monde est dans un état d’épuisement assez avancé. Je pense qu’on va devoir changer un peu les pratiques à la rentrée parce que ce rythme-là ne sera pas tenable. On ne pourra pas faire une partie du travail de parlementaire, c’est-à-dire être auprès des concitoyens en circonscription".

Une réforme de l’Assemblée. Dans les colonnes du JDD, dimanche dernier, le président de l’Assemblée nationale François de Rugy a promis une réforme sur les pratiques et les rythmes de l’hémicycle. Il annoncera mercredi la création de groupes de travail pour plancher sur ces changements.