À Las Vegas, François Fillon promet une France "smart"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le salon de l'électronique grand public de Las Vegas est aussi un terrain de campagne présidentielle. Jeudi, François Fillon, grand amateur de nouvelles technologies, y a passé plusieurs heures.

REPORTAGE

Il a passé cinq heures entre les stands. À Las Vegas, François Fillon a dit jeudi vouloir faire de la France une "smart nation", devant des start-ups et entrepreneurs symboles selon lui "de la rupture dont la France a besoin". Au salon de l'électronique grand public (CES), le candidat de la droite et du centre à la présidentielle s'est présenté en défenseur de l'innovation capable de libérer le pays des "handicaps" qui le freinent et de tirer vers l'avant l'économie.

Lors de sa visite du CES, qui doit encore se poursuivre vendredi, le candidat de la droite et du centre, fan de nouvelles technologies, s'est notamment arrêté devant les stands de l'équipementier français Valeo, mais aussi des caméras pour véhicules autonomes Mobileye et des puces Nvidia. François Fillon s’est amusé à essayer toutes sortes d’innovations ; il a notamment pris le volant d’une voiture qui freine toute seule et a fait de la musique avec un gant connecté.

L'enthousiasme des entrepreneurs. Pendant la visite, les entrepreneurs français se sont bousculés pour apercevoir le candidat. "J’ai une photo avec lui, c’est important de montrer que les entrepreneurs aiment les politiques pour qu’ils nous le rendent bien", lâche l’un d’eux. La cohue autour de François Fillon n’a pas manqué d’étonner les Américains. "He’s the next president of France" (C’est le prochain président de France), s’étonne un visiteur. En 2016, l'ex-ministre de l'Economie Emmanuel Macron avait fait un passage remarqué au Consumer Electronic Show de Las Vegas, où il avait bénéficié d'un accueil enthousiaste des entrepreneurs français. 

"Je suis un pratiquant de longue date". La visite s'est achevée sur un discours politique. Devant un parterre composé d'une majorité de Français qui ont attendu son arrivée plus d'une heure en raison d'embouteillages, François Fillon a fait valoir son expérience en la matière et rappelé sa première visite au salon en 1999 en tant président du conseil régional des Pays de la Loire. "Il y a beaucoup de nouveaux convertis à la révolution numérique [...] Moi je suis un pratiquant de longue date", a-t-il déclaré à l'attention de ses rivaux, auxquels il n'entend pas laisser le monopole du monde connecté.

Je veux que la France mette en place un environnement 'business-friendly'

"I love la French tech". "Cette révolution numérique, c'est une transformation d'une ampleur inédite", a déclaré François Fillon devant des rangs d'entrepreneurs arborant des pin's "I love la French tech". "Un bouleversement d'une telle ampleur doit absolument être accompagné", a-t-il mis en garde, citant les "handicaps structurels" qui entravent selon lui la France, reprenant à cette occasion ses promesses de supprimer l'impôt sur la fortune et de mise en place d'un impôt sur les plus-values forfaitaire.

Patriotisme économique. Les start-ups françaises souffrent d'un problème majeur de financement, a estimé le candidat de la droite dans un discours émaillé d'anglicismes, où il s'est proposé de donner aux Français les moyens d'un "patriotisme économique". "Je veux que la France mette en place un environnement 'business-friendly' afin d'attirer un maximum de financements privés, français ou étrangers", a-t-il poursuivi. "Je veux que la France devienne une 'smart nation'." Sur le front européen, il a défendu l'autonomie du continent face aux Etats-Unis et à la Chine, avec un numérique "outil de souveraineté". "L'Union européenne doit avoir une régulation unifiée, se doter de normes et de standards communs, sans attendre que ceux des grands groupes américains s'imposent à nos entreprises", a-t-il déclaré.