À la Fête de l'Huma, des militants lassés par les bisbilles de la gauche

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le boycott des élus Insoumis, à la suite de désaccords avec le Parti communiste sur le sujet de l'immigration, passe mal auprès des militants, qui regrettent des divisions mortifères.

"Ce n'est pas parce qu'on est en désaccord sur un point comme ça qu'on ne doit pas se parler. C'est dramatique pour la gauche", soupire Jean-Louis, communiste encarté depuis quarante ans. Ce militant qui arpente les allées de la Fête de l'Humanité ce week-end regrette, comme bon nombre de ses camarades au parti, que la France Insoumise ait décidé de boycotter l'événement. Jean-Luc Mélenchon a en effet prévenu que ni lui ni les députés de son groupe ne répondraient à l'invitation officielle du PCF. 

Désaccords sur l'immigration. Au cœur de la discorde : l'immigration. La ligne des Insoumis est jugée trop ambiguë par certaines figures communistes, notamment Ian Brossat, adjoint à la Mairie de Paris et tête de liste PCF aux européennes. Sur Twitter, mardi, ce dernier a en effet vertement répondu à Adrien Quatennens, député LFI. Le second affirmait que "les grandes causes des mouvements de population sont connues : les conflits et guerres, les accords commerciaux inégaux et le changement climatique. Et on ne pourrait rien contre cela ? C'est faux. Nous pouvons agir sur les causes". Et le premier de répondre : "En 1939, mon grand-père juif a fui la Pologne pour échapper à l'antisémitisme. Heureusement pour lui, il est tombé sur des gens qui lui ont ouvert la porte, et non sur des doctes qui auraient disserté sur les 7 plaies d'Egypte avant de lui tendre la main."



Un incident "incompréhensible". De quoi "pourrir" quelque peu l'ambiance et susciter l'ire des élus Insoumis. Ce que les communistes jugent exagérés. "Mélenchon prend le prétexte d'un dossier sans doute un peu difficile, où les avis peuvent être différents", soupire Jean-Louis. Pour Hugo, 23 ans, le leader de la France Insoumise se laisse aller à de la "stratégie électoraliste" pour "capter un électorat populaire 'fâché mais pas facho'". Quant à Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, il n'hésite plus à exprimer son ras-le-bol des coups de patte de Jean-Luc Mélenchon. "C'est un incident que je regrette et que je trouve assez incompréhensible", confie-t-il à Europe 1. "Jean-Luc Mélenchon m'a écrit il y a quelques jours pour me confirmer la présence d'une délégation de la France insoumise dans des termes extrêmement cordiaux. Je n'ai pas d'explication."

Entre les concerts et les débats qui animent le parc Georges Valbon de La Courneuve, les militants restent néanmoins persuadés que le leader de LFI, assez haut dans les sondages, leur envie cette Fête de l'Humanité devenu le symbole de la fête du peuple de gauche.