A Ajaccio, Le Pen flatte "l'âme corse"

  • A
  • A
A Ajaccio, Le Pen flatte "l'âme corse"
Marine Le Pen, en meeting devant 600 personnes samedi à Ajaccio, a promis de "défendre le patrimoine de la France" et de "lutter contre la dictature de l'Europe".@ MAXPPP
Partagez sur :

La candidate du FN a même tendu la main aux nationalistes samedi.

Marine Le Pen a tendu la main samedi aux Corses et aux nationalistes lors d'un meeting à Ajaccio, louant "une terre d'identité, d'honneur et de liberté", à 36 jours du premier tour de l'élection présidentielle. Après un déjeuner sur le port de plaisance où elle a rencontré les militants locaux, la candidate du Front national s'est exprimée pendant une heure devant plus de 700 personnes rassemblées au palais des congrès de la cité balnéaire.    

Un drapeau corse à la tribune

A la tribune, deux drapeaux tricolores et un drapeau corse, un geste de Marine Le Pen envers les insulaires. S'adressant à "l'âme corse", la candidate s'est même essayée à chanter leur hymne en plus de la Marseillaise. "Au fond de cette Corse, il y a, je le sais, le destin d'une île que les invasions n'ont pas épargnée (...) Terre d'identité, d'honneur et de liberté, la Corse sait peut-être plus que tout autre territoire de France ce que cela signifie de ne plus être maître de son destin", a-t-elle dit, vantant le sens de la famille des Corses et leur opposition à Constitution européenne en 2005.

Un mot pour les indépendantistes

Et alors que la campagne bat son plein, Marine Le Pen a eu également un mot pour les indépendantistes. "Je voudrais m'adresser à ceux qui ont penser que la France était leur ennemie et qui se sont lancés dans un combat fait de déchirements et malheureusement de deuils. Je leur dit que tout en réprouvant la violence viscéralement, je peux comprendre que la déception envers l'Etat ait pu à un moment les détourner du patriotisme national, mais c'est une erreur".

Un message salué par les 500 militants venus l'écouter, même si dehors, une dizaine de nationalistes ont protesté. "S'ils se sentent Corses et qu'ils vont au meeting de Marine Le Pen, ils vont contre les intérêts fondamentaux du peuple corse parce que Marine Le Pen prône un centralisme républicain et jacobin", a expliqué l'un d'entre eux au micro d'Europe 1. Un climat toutefois moins tendu  qu'à l'époque de Jean-Marie Le Pen. Dans les années 90', l'ex-patron du FN avait dû annuler un de ses meetings.