80 députés s'attaquent à la théorie du genre

  • A
  • A
80 députés s'attaquent à la théorie du genre
Sexualité: des députés UMP demandent le retrait de manuels de SVT@ MAXPPP
Partagez sur :

Issus de l’UMP, ces élus exigent que des manuels scolaires soient retirés au plus vite.

En juin, la question n’émouvait guère que Christine Boutin, la présidente du Parti Chrétien-Démocrate. Mais à six jours de la rentrée, ils sont désormais 80 députés UMP à demander, mardi, au ministre de l’Education nationale, de retirer au plus vite, les manuels scolaires évoquant la théorie du genre.

Des députés issus de la Droite populaire

Menés par Richard Maillé, député des Bouches-du-Rhône, ces députés ont ainsi écrit une lettre à Luc Chatel, l’invitant à plancher fissa sur ces manuels de SVT (Sciences et vie de la terre) qui expliquent "l'identité sexuelle" des individus autant par le contexte socio-culturel que par leur sexe biologique.

Reprenant des critiques exprimées dès le printemps par l'enseignement catholique Christian Vanneste, Lionnel Luca, Jacques Myard - tous trois fondateurs du collectif de la Droite populaire - et notamment Bernard Debré, Eric Raoult et Hervé Mariton jugent "du devoir de l'Etat de mieux contrôler le contenu des manuels scolaires" et argumentent que "la théorie du genre sexuel n'apparaît pas stricto sensu dans les programmes d'enseignement de SVT" définis par le ministère.

Une théorie "non-scientifique", selon eux

"Selon cette théorie, les personnes ne sont plus définies comme hommes et femmes mais comme pratiquants de certaines formes de sexualités : homosexuels, hétérosexuels, bisexuels, transsexuels", écrivent-ils. C’est  une "théorie philosophique et sociologique qui n'est pas scientifique, qui affirme que l'identité sexuelle est une construction culturelle", pointent encore les signataires du courrier.

Pour appuyer leurs propos, les députés UMP citent ensuite un passage d'un manuel publié par Hachette : "Le sexe biologique nous identifie mâle ou femelle mais ce n'est pas pour autant que nous pouvons nous qualifier de masculin ou de féminin. Cette identité sexuelle, construite tout au long de notre vie, dans une interaction constante entre le biologique et contexte socio-culturel, est pourtant décisive dans notre positionnement par rapport à l'autre".

Un retrait déjà demandé par Christine Boutin

Jugeant ce passage inacceptable, ces députés de la Droite populaire et de l’UMP demandent donc le retrait de ce manuel. Tout comme l’avait déjà exigé, en mai, Christine Boutin. "Je suis ravie de voir que 80 députés ont relayé ma demande", s'est félicitée la présidente du Parti chrétien-démocrate mercredi sur Europe 1."Le problème, c’est qu’on présente cette théorie comme une vérité scientifique. Or, c’est un postulat, une idéologie du reste qui s’appuie sur des idéologies néo-marxistes existentialistes. Ce serait dans des cours de philosophie, on pourrait le comprendre. Mais ça n’a pas sa place dans le secondaire."

Dans une circulaire du 30 septembre 2010, le ministère indiquait que les programmes de SVT de première devaient comporter un chapitre intitulé "devenir homme ou femme". "Si l'identité sexuelle et les rôles sexuels dans la société avec leurs stéréotypes appartiennent à la sphère publique, l'orientation sexuelle fait partie, elle, de la sphère privée", indiquait clairement la circulaire.