50 milliards d'économies : un plan com' bien huilé

  • A
  • A
Partagez sur :

L’INFO POLITIQUE - François Hollande a tout organisé pour que la séquence se passe sans couacs.

L’INFO. Dans huit jours,  le gouvernement présentera le détail des économies prévues d'ici la fin du quinquennat  ainsi que le plan de redressement des finances publiques. Un moment important, qui ne supportera aucun couac. Tout est donc parfaitement organisé, comme l’a expliqué mardi matin Caroline Roux, éditorialiste politique d’Europe 1.

"C’est à Matignon de prendre la main". La mise en musique se déroulera en trois temps. Premier temps, la semaine prochaine, c’est le Premier ministre qui va présenter le contenu. "On est dans une phase d’exécution, c’est à Matignon de prendre la main, l’Elysée est dans un moment de recul", décrypte un conseiller du président. Ensuite, les ministres de l’équipe resserrée qui s’est formée sur le pacte de responsabilité seront envoyés dans les médias pour incarner les annonces et donner du sens. Michel Sapin, Arnaud Montebourg, Marisol Touraine et Marilyse Lebranchu seront mis à contribution pour expliquer, et faire passer la pilule.

Hollande très impliqué. La dernière étape, dans les 15 jours suivant, c’est le président lui même qui montera en première ligne à la télé. Il est d’ailleurs très présent dans la construction de cette émission face aux Français. "Il gère tout de A à Z", confie un de ses conseillers, avant d’ajouter : "il est tenu pour responsable par les Français, c’est à lui de s’expliquer". Voilà pour la forme.

Quant au fond du sujet, les derniers arbitrages seront rendus le week-end prochain. Un visiteur régulier de Bercy décrit une administration fébrile : "ils ne dorment plus, ça tire à hue et à dia". Mercredi, les deux directeurs du Trésor et du Budget vont en effet aller plancher devant le Haut conseil des finances publiques, dont l’avis servira de base à la commission européenne pour prendre sa décision de sanctionner ou pas la France. Or, des membres de ce  haut conseil s’inquiètent et s’impatientent déjà, certains doutant même d’avoir le détail des 50 milliards sur la table dès mercredi. L’enjeu est pourtant de taille, notamment pour Manuel Valls, qui devra, dans son discours devant le Parlement, trouver le juste milieu pour emplir ses deux objectifs : rassurer en même temps les marchés et les Français...

sujet

ANALYSE - Bercy : des ministres euro-compatibles ?

INFO E1 - Sécurité sociale : où Valls va-t-il trouver les 11 milliards ?