35 heures, retraite à 60 ans : Robert Ménard compare Marine Le Pen à "un leader de la CGT"

  • A
  • A
35 heures, retraite à 60 ans : Robert Ménard compare Marine Le Pen à "un leader de la CGT"
Robert Ménard a comparé Marine Le Pen à un leader de la CGT lorsqu'elle évoque le maintien des 35 heures et de la retraite à 60 ans@ BERTRAND LANGLOIS / AFP
Partagez sur :

Évoquant deux des 144 engagements de Marine Le Pen pendant la campagne présidentielle, le maire de Béziers a déclaré "de temps en temps j'ai l'impression d'entendre un leader de la CGT", sur RMC jeudi.

Robert Ménard, maire de Béziers élu en 2014 avec le soutien du Front national, a comparé jeudi sur RMC Marine Le Pen à "un leader de la CGT sur les 35 heures ou sur la retraite à 60 ans".

Marine Le Pen, ce leader de la CGT. "Quand vous entendez Marine Le Pen, de temps en temps j'ai l'impression d'entendre un leader de la CGT sur les 35 heures, sur la retraite à 60 ans. Là encore, c'est un clivage total vis-à-vis du reste la droite", a affirmé Robert Ménard.

L'ancien patron de Reporters sans Frontières a récemment adressé une lettre ouverte au FN, qui est engagé dans un débat de refondation, dans laquelle il prône des alliances à droite et s'interroge sur la capacité de la présidente du FN à porter les idées de ce courant.

Un appel à la modestie en retour. Robert Ménard a été, en retour, sèchement critiqué par de nombreux dirigeants frontistes, comme dans la nuit de mercredi à jeudi Louis Aliot, vice-président du FN et compagnon de Marine Le Pen, qui a écrit sur Twitter : "Je croyais que depuis l'échec de 'Oz ta droite'", éphémère mouvement du printemps 2016 visant à rassembler les déçus de LR et du FN, "l''ami' Ménard serait plus modeste, prudent, et respectueux". "Vouloir construire et rénover en critiquant et méprisant est contre-productif", a encore critiqué le député des Pyrénées-Orientales.

"Un problème de stratégie et un problème de programme". Sur RMC, Robert Ménard a aussi dit avoir "des rapports cordiaux avec Marine Le Pen : elle a tout un tas de qualités, mais il y a un problème de stratégie et un problème de programme." "Ce qu'il faut, c'est absolument imaginer une modernisation" de ces deux points, a insisté l'époux de la députée de l'Hérault Emmanuelle Ménard, évoquant la sortie de la France de l'euro à laquelle il est hostile, mais que le FN continue à prôner.

Maintien des 35 heures et retraite à 60 ans. Dans ses 144 engagements présidentiels, Marine Le Pen plaidait pour un maintien des 35 heures comme durée légale hebdomadaire du travail tout en autorisant des négociations par branches pour un allongement de la durée du travail. Sur les retraites, elle voulait fixer l'âge légal de la retraite à 60 ans avec 40 annuités de cotisation.