2012 et la chasse aux 500 signatures

  • A
  • A
2012 et la chasse aux 500 signatures
Les petis partis tentent de convaincre les maires de leur donner leur signature pour 2012.@ Maxppp/Reuters
Partagez sur :

ENQUÊTE - Les petits partis s'activent déjà pour convaincre les maires de donner leur signature.

A un an de la présidentielle, la chasse aux 500 signatures, nécessaire pour être candidat, a déjà commencé. Pour les gros partis comme le PS ou l’UMP, cette condition n’est qu’une formalité. Mais pour les autres, la tâche peut s’avérer plus compliquée.

Nicolas Dupont-Aignan l'a déjà prouvé. En 2007, il avait manqué une soixantaine de signatures au leader de Debout la République pour se présenter. Pour éviter que le scénario ne se reproduise, il a décidé cette fois de s’y prendre plus tôt.

706 maires à visiter

Ainsi, ce sont les militants qui s’activent. A l’instar de Pascal Moriou, qui troque deux fois par semaine son costume d'agent immobilier pour celui de "dénicheur" de signatures. Sur sa feuille de route, 706 maires à visiter.

Pour convaincre les élus des communes de la Côte d’Or, le militant leur explique que sa démarche est légitime : "je leur dis qu’aujourd’hui, je ne suis pas en train de leur arracher leur bulletin de vote".

Selon lui, "c’est donner le droit à la démocratie de s’exprimer" :

Après quatre visites, Pascal Moriou obtient une promesse, un "peut-être" et deux rendez-vous reportés à plus tard.

"Ne pas envoyer n'importe qui"

Au Front national aussi, la chasse aux signatures demande une vraie organisation. Une cellule de six personnes a été formée il y a deux semaines. Le chef de cette cellule a commencé par négocier des tarifs avec la poste puisqu'il s'apprête à envoyer une lettre à 40.000 élus.

Il s’agit aussi pour lui de séléctionner ceux qui iront sur le terrain convaincre les élus. "On ne peut pas envoyer n'importe qui rencontrer les maires", explique Dominique Martin, qui dirige les opérations au FN.

"ll faudra aussi qu’on prépare un argumentaire, une méthode, et également préparer un contre-argumentaire. Parce qu’il y a des maires qui vont nous dire pourquoi ils ne souhaitent pas parrainer Marine. Ils ont des objections à faire donc il faudra qu'on puisse répondre à ces objections", insiste Dominique Martin.

Mais le FN se méfie des promesses, dont le nombre est souvent largement supérieur à celui des signatures finalement obtenues. Le parti essuie en effet 50% de pertes, alors que les autres formations connaissent un écart de 30%.

"Ça devient presque du harcèlement"

Dans cette quête des signatures, les maires ruraux représentent une cible de choix, puisqu’ils sont souvent sans étiquette politique. C'est le cas de Max Brail, maire de Lastours, dans l'Aude. "Ça devient à la fin presque du harcèlement", tempête-t-il. "C’est allé du simple courrier aux mails envoyés en mairie, au démarchage individuel. On est même venu me démarcher jusque dans ma vigne", raconte cet élu, agacé.

Il dénonce "la pression" dont il fait l’objet :

Plus surprenant, certains élus n’hésitent pas à parrainer des candidats qui sont à l'opposé de leur couleur politique dans une optique purement stratégique : signer pour les petits candidats d'extrême gauche constitue pour certains élus de droite la meilleure manière de diviser le camp adverse. Ce qui explique le fait qu’à chaque élection présidentielle, au moins trois ou quatre candidats d'extrême gauche sont dans la course. Et tous ont obtenu leur 500 signatures sans difficulté.