2012 : Bayrou dans le texte

  • A
  • A
2012 : Bayrou dans le texte
Bayrou, en "homme libre", propose aux Français d'ouvrir "un autre chapitre"
Partagez sur :

DECRYPTAGE - Bayrou opposera le remède de "la vérité" à "l’anémie" et "l’affaiblissement".

Promettant "sortir la France de l'impasse et du brouillard", François Bayrou a officialisé sa candidature à la présidentielle de 2012, mercredi depuis la Maison de la Chimie à Paris. Pour sa troisième course à l’Elysée, le député béarnais, âgé de 60 ans, avait soigné ses mots et laissé peu de place à l’improvisation. Références, rhétorique et storytelling : Europe1.fr a décortiqué son discours.

Name-dropping

Discours de candidature oblige, François Bayrou avait truffé son discours "d’officialisation" de références littéraires et politiques. Le candidat du MoDem s’est ainsi référé à Victor Hugo, Robert Schumann, père de l'Unione européenne et à Jacques Delors pour leur amour de l’Europe. Auparavant, il avait également cité Joachim du Bellay pour louer cette bonne vieille "France, mère des arts, des armes et des lois".

Le mot "clé" de son discours

"Il s’agit de vouloir et de vouloir ensemble". Face à "l’affaiblissement", "l’anémie", "les marches arrières", la "dégradation" et une litanie de ce qui "va mal" dans notre pays, François Bayrou a opposé son volontarisme :  "vouloir", "la volonté", et la "force de la volonté" ont ainsi structuré tout son discours.

Storytelling

Dans ce discours, François Bayrou n’a également pas oublié de réécrire son histoire et d’abord de se présenter comme celui qui a "vu juste". Pour l'élection de 2007, il avait fait de la lutte contre la dette un thème majeur de sa campagne et, voilà que la situation lui donne raison, a-t-il estimé en rappelant avoir été le premier à "défendre le principe de la règle d'or (de retour progressif à l'équilibre budgétaire, ndlr) dans la Constitution". Le candidat a profité de l'occasion pour écrire, lui-même, sa biographie, rendant hommages à ses racines pyrénéennes, ses parents et "cette famille rigolote" qui est la sienne et qui l’ont conduit jusqu’à son destin.

Rhétorique

Le candidat centriste avait truffé son discours de références quasi-bibliques. Ainsi, "je me présente devant vous (…) pour notre peuple", est une expression que l’on retrouve régulièrement dans les psaumes.

Autre exemple pouvant attester de ses références bibliques : son "produire et instruire sont liés comme le sont l’arbre et le fruit" ressemble fort au "On reconnait l'arbre à ses fruits" du texte religieux.

Son leitmotiv

Promettant comme Nicolas Sarkozy à Toulon de s’armer "de la vérité", François Bayrou a appelé à la création d’un "pacte national pour produire en France". Et ce pacte ne sera pas valable "qu’en Ile-de-France", a-t-il précisé sur Twitter.

Le décor

Où est passé le "orange Modem" ? C’est sur un fond bleu-violet, couleur de l’absolu, que le centriste s’est lancé dans la course à l’Elysée, rencardant le orange traditionnel du MoDem. Le centriste a également évité de s’attarder après son annonce. En homme moderne, il avait rendez-vous pour sa tweet-interview face aux Français.